Des solutions sur mesure et polyvalentes

Dossier-Résine.jpg

© Sika

Les revêtements de sols en résine sont des solutions performantes qui permettent d’équiper des environnements à fortes contraintes, à condition toutefois d’une bonne maîtrise de la mise en œuvre.

Issus de la chimie, les revêtements en résines, apparus dans les années 1950, sont privilégiés pour des environnements qui présentent des problématiques de sols très spécifiques. Ce sont des produits dits techniques car ils permettent de réaliser des sols de précision au millimètre près, critère indispensable pour des secteurs où parfois le déplacement de charge (chariot, brancard…) ne tolère pas la moindre différence de niveau. Des sols sur mesure généralement destinés à des contraintes mécaniques et chimiques spécifiques. Si ces dernières viennent à changer, les sols peuvent de ne plus être adaptés.

Trois gammes distinctes

Deux familles sont particulièrement indiquées. D’abord, les résines époxydiques, et notamment les bi-composantes, plutôt rigides et très résistantes, privilégiées pour l’industrie, les salles blanches ou les locaux exposés à un trafic intense. « L’association de la résine et d’un durcisseur à base d’amine les rend plus résistantes, ce dernier conférant au produit une très haute résistance mécanique », indique Nelly Boué, directrice commerciale chez Promatec qui précise qu’il existe trois gammes distinctes : – La plus simple, une peinture en deux couches au rouleau, essentiellement faite pour protéger un béton neuf, faciliter le nettoyage, apporter une propriété anti poussière et le rendre esthétique. – Les auto-lissantes, entre 2 et 3 mm d’épaisseur au mètre carré, notamment utilisées en cas de trafic piéton très intense. – Le mortier résine, de 5 à 6 mm d’épaisseur au mètre carré, qui résiste aux charges très lourdes telles que les chariots de manutention. Seconde famille, les résines polyuréthanes-ciment, particulièrement adaptées aux milieux industriels en zone humide et à forte température (notamment les industries agroalimentaires, cuisines collectives, restauration…).

Hygiène, résistance et durabilité

« Le large panel de gammes permet de répondre à de nombreuses contraintes, note Laurent Créniaut, chef de produits sols et résines chez Sika. D’abord, le fait qu’il s’agisse d’un produit coulé implique une absence complète de joint, idéale pour l’hygiène et la nettoyabilité. Ensuite, en fonction de la formulation appliquée, les résistances mécanique, chimique et thermique sont renforcées. On peut notamment permettre au sol d’être conducteur ou dissipateur d’électricité ou au contraire isolant. De plus, élément non négligeable, la regénérabilité du produit. Quand on a un revêtement coulé depuis 10 ans, on peut le laisser en place et simplement remettre une couche de finition. » On peut par ailleurs ajouter à ces propriétés une très forte adhésion au support, une grande résistance aux agents chimiques ou encore, selon la chimie appliquée, une certaine souplesse à la marche.

Qualité d’application

Revers de la médaille d’un produit d’extrême précision, le résultat final est étroitement lié à la qualité de l’application, la mise en oeuvre nécessitant une technicité très précise. Elle doit être confiée à des entreprises spécialisées, généralement formées par les fabricants eux-mêmes qui les initient à leurs systèmes. Non seulement pour l’application mais aussi pour la réalisation du produit : les fabricants livrent les composant sur les chantiers et il revient aux poseurs de finaliser sur place la formulation de la résine.

 

BIEN CHOISIR UN SOL EN RÉSINE ÉPOXY
Devant la diversité des solutions, Nelly Boué, directrice commerciale chez Promatec, indique quelles
sont les trois questions principales à se poser pour choisir la bonne formulation : « La nature et l’état
du support et les contraintes spécifiques de la zone d’application. »
S’agissant de la nature du support, l’idéal est une surface en béton car ses propriétés facilitent la pose
de la résine. Il est possible d’avoir d’autres supports à condition qu’ils soient parfaitement stable
sans quoi le revêtement bougera aussi.
Par la suite, le choix définitif dépend de l’état du support et des contraintes mécaniques et chimiques
de la zone. Pour des contraintes mécaniques faibles et si le sol est en bon état, l’utilisation d’une
peinture ou d’un auto-lissant est conseillée. Pour les contraintes mécaniques élevées et les sols en
mauvais état, le mortier de résine à haute résistance mécanique est la solution la plus durable pour
résister à une activité telle que le passage de chariots élévateur. « La résine mécanique de 1 t/cm2 en
fait un excellent blindage anti-choc », précise Nelly Boué.
Pour ce qui concerne les contraintes chimiques, il faut observer la liste des produits utilisés, leurs
concentrations et les températures afin de faire le meilleur choix.

 

Résines et PVC se partagent le marché
Le PVC sur la 1ère marche
La résine, leader dans les opérations de rénovation

Partagez cet article