La minutieuse acoustique des salles de spectacle

PLACO-PHILHARMONIE-DE-PARIS-Crédit-photo-Raphaël-Demaret-3.jpg

Philharmonie de Paris. © Placo Saint-Gobain

L’enjeu majeur d’une salle de spectacle est d’avoir une acoustique performante. C’est-à-dire qui permette d’entendre uniquement le son désiré et qui ne gêne pas les bâtiments voisins. Mais devant la grande diversité de salles existantes comment trouver la solution idéale ? Si Charles Garnier, architecte de l’opéra de Paris, s’amusait à dire « pour avoir une bonne acoustique, une salle doit être large ou étroite, haute ou basse, en bois ou en pierre, ronde ou carrée », signifiant par là qu’il n’existe hélas aucune solution miracle, les avancées technologies renversent un peu la vapeur. Ainsi que la prise de conscience du rôle primordiale et indispensable de l’acousticien.

Ajuster la réverbération

L’élément de base est d’identifier la destination des salles, et tout d’abord de faire la différence entre celles vouées à recevoir de la musique amplifiée et les autres dites « pour musiques naturelles », c’est-à-dire sans aide électro-acoustique. Dans la première, il faut parvenir à réduire les basses fréquences et donc absorber au maximum les réverbérations afin que la salle soit le plus neutre possible. Il s’agit d’isoler la salle par rapport à l’extérieur mais aussi de faire en sorte que les cris des spectateurs ne masquent pas la musique, sans quoi il faudra augmenter le niveau de puissance, ce qui exposera les personnes à de vrais risques auditifs. Pour la salle sans aide électro-acoustique, on va justement se servir de la réverbération et jouer avec. Cette dernière doit être ajustée au cas par cas en fonction des spectacles pour que les instrumentistes puissent s’entendre et que les spectateurs reçoivent les sons avec un minimum de dégradation, non seulement ceux venant de l’orchestre mais également ceux des réflexions latérales, afin d’obtenir de la clarté et de l’intelligence. « Ces salles doivent être vivantes, explique Yoann Le Muet, responsable marketing d’Ecophon Saint-Gobain. À la Philharmonie de Paris, le plafond bouge en fonction des représentations afin de réduire ou d’augmenter le volume. Il est possible d’ajouter ou de retirer des matériaux réfléchissants ou absorbants pour orienter le son en tout point de la pièce. On accorde la salle comme on le ferait pour un piano. »

Philharmonie de Paris. © Placo Saint-Gobain

Philharmonie de Paris. © Placo Saint-Gobain

 

 

 

 

 

 

La prépondérance de l’architecture

Sons amplifiés ou pas : des différences radicales auxquelles s’ajoute l’architecture même de la salle, qui a un rôle fondamental dans l’acoustique. « Il n’existe pas de solution absolue pour traiter l’acoustique dans ce type de locaux, note Marie Arnulf, chef de produit dalles chez Eurocoustic. Un détail près et le besoin sera différent. C’est dans les bureaux d’études et chez les acousticiens que tout se joue, par la réalisation d’études spécifiques. »

Le rapport architecture /acousticien est ainsi à prendre très au sérieux. « C’est la forme d’une salle de spectacle qui impacte le plus l’acoustique, estime Christian Hugonnet, acousticien et président- fondateur de la semaine du son. On évitera d’avoir des murs parallèles. La forme même de la salle doit permettre au son de partir de la scène vers le public. Un défaut d’architecture et la salle peut être complètement inversée, c’est-à-dire que l’on entendra plus facilement les spectateurs que les musiciens. »

 « Pour avoir une bonne acoustique, une salle doit être large ou étroite, haute ou basse, en bois ou en pierre, ronde ou carrée »
Charles Garnier, architecte de l’opéra de Paris

Le choix des revêtements est donc à faire avec vigilance car ils participeront soit à assurer, soit à améliorer, soit même à corriger les performances acoustiques. Les murs des salles électro-amplifiées doivent impérativement être équipés d’éléments absorbants pour éviter que le son ne revienne comme un boomerang. Il peut s’agir de revêtements à base de laine minérale surfacée d’un voile de verre mais aussi de boiseries perforées ou de grillages tendus recouvrant une laine minérale. « Le bois renvoie le son avec une chaleur que n’aura pas la pierre », note Christian Hugonnet. Les plafonds sont habillés d’éléments suspendus, d’îlots ou de toiles tendues tandis que le sol est le plus souvent recouvert d’une moquette rase. L’architecture des salles « naturelles » doit presque, si ces dernières sont bien construites, se suffire à elle-même pour propager le son de l’avant vers l’arrière. Les éléments mobiles seront là pour ajuster l’absorption au cas par cas. Néanmoins, avoir une salle vivante comme la Philharmonie est loin d’être possible partout. Il s’agira alors d’absorber par les murs et les plafonds avec parcimonie. Les sols sont généralement recouverts de bois.

Salle de Cinéma et de Concert Mirkinotavra, Royaume Uni. © Ecophon

« Laisser libre court à l’imagination des architectes »

Et l’esthétique dans tout ça ? Elle se mêle désormais aux solutions acoustiques. Le noir est le plus souvent privilégié dans les salles électro-amplifiées au niveau des revêtements muraux ou des plafonds. « Les surfaces mates et sombres favorisent la maîtrise de la qualité visuelle, dans un environnement ou de gros des investissements sont faits dans les techniques de projection. Il faut notamment s’assurer de limiter au maximum toute pollution visuelle pour les spectateurs », explique Marie Arnulf.

© Eurocoustic

La toile tendue permet, elle, d’avoir l’esthétique précise voulue par les architectes. « Du décor minimaliste au visuel d’exception, elle a l’avantage d’épouser n’importe quelle forme mais aussi de se décliner en vague, en îlot ou en 3D, indique Jean-Marc Scherrer, président de Barrisol Normalu. L’évolution des produits, et notamment le couple esthétique/acoustique, permet aux architectes de laisser libre court à leur imagination, même pour les envies les plus originales. »

© 2009-2018 Barrisol Normalu S.A.S. – Barrisol® Lumière Acoustique® 3D – Design : cabinets d’architecture Lab Architecture et Bates Smart

Partagez cet article