L’espace de pause, cœur de l’entreprise

Tendance.jpg

© Jonathan Moyal Projet Yemanja

Zone détente, salle de pause, coin café… Autant de noms pour parler de ces espaces devenus les vraies places centrales des entreprises. Désormais indispensables, critères de qualité de vie au bureau, ils assurent le lien entre les salariés.

Rappelez-vous la petite machine à café, au fond d’un couloir, où il ne faisait pas bon traîner trop longtemps sous peine d’être vu comme le tire-au-flanc de l’entreprise. Cet espace, qui se voulait le plus petit possible, a connu depuis une dizaine d’années une véritable métamorphose. Aujourd’hui il doit être grand, spacieux, varié, lumineux.

Arrivé en France via les start ups, hérité de la Silicone Valley, le « cliché » de l’espace de pause réunissait canapés, baby-foot, billard et console de jeux vidéo. Sans aller aussi loin dans la caricature, nous avons vu se décliner peu à peu des lieux confortables aux usages variés, en cohérence avec les nouvelles organisations de travail. Car l’apparition du flex office, la rationalisation des mètres carrés et, depuis deux ans, la généralisation du télétravail a amplifié le besoin de lien social. On sait désormais que l’on vient au bureau pour échanger et multiplier les interactions. Et le coin café est sans doute en pole position pour permettre aux collaborateurs de se retrouver. Selon le baromètre 2019 de l’Observatoire Actinéo, plus de 80 % des interrogés indiquaient utiliser tous les jours ou plusieurs fois par semaine le coin café, 70 % pour les cuisines en libre-service ou les salles de repos. Trois lieux considérés aujourd’hui comme des incontournables du cahier des charges de l’espace de travail.

DÉTENTE ET COLLABORATION

La salle de pause devient ainsi un critère de séduction pour attirer les jeunes talents. Pour pallier la perte de bureau attribué mais aussi pour donner envie aux salariés de revenir dans les locaux après des mois en télétravail, les entreprises misent sur le confort de l’habitat et de l’hôtellerie. Bar, canapé, table basse, pouf ou encore banquette, le mobilier monte en gamme, l’espace s’élargit et la décoration se veut plus originale et réfléchie. Les sols se parent d’effets matière comme le parquet ou la pierre, les murs s’habillent de papier peint, de peintures ou de graffitis… Autant d’investissement pour des espaces qui perdent leur seul rôle de zone café pour multiplier les usages. On y mange aux heures des repas et s’y pose pour un rapide café en milieu de journée mais désor[1]mais on doit aussi pouvoir y travailler. Des points informels, l’occasion d’échanger avec des col[1]lègues d’autres services, l’organisation de réu[1]nion d’équipe… L’important : réussir à mixer détente et collaboration avec des espaces adaptés à la décontraction et aux séances de travail. Une surface flexible de travail, en somme.

Partagez cet article