Les secrets du lin

flax-4414741_1920.jpg

Présent dans notre quotidien, des vêtements aux revêtements de sol en linoléum, le lin est une plante aux mille et une qualités, que ce soit par son aspect écologique ou ses diverses performances techniques. Zoom sur une plante aux propriétés parfois méconnues.

L’EUROPE, PRODUCTRICE N°1
Le lin est produit à 80 % en Europe, et majoritairement dans des zones côtières de Normandie, des Hauts de France, de la Belgique et des Pays-Bas. À l’occasion du second World Linen Forum qui s’est tenu le 10 février dernier, la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre a annoncé la publication de la norme ISO 20706-1 qui standardise la méthode d’identification des fibres libériennes (lin, chanvre et ramie). Un outil pour la contrefaçon qui s’ajoute à l’European Flex, un label garantissant la traçabilité d’un lin fibre de qualité cultivé en Europe et issu d’une agriculture sans irrigation ni OGM.

 

UNE PLANTE ÉCOLO
Peu gourmand en eau et en pesticide, le lin demanderait cinq fois moins d’intrants (engrais et pesticides) que le coton. Il pousse naturellement grâce à l’eau de pluie, ne nécessitant aucune irrigation et utilisant les ressources naturelles du sol. Il est par ailleurs sans OGM et se trouve être un véritable puits de carbone. Par ailleurs, il faut savoir que le lin est une plante zéro déchet (toute la plante est utilisée) et biodégradable. Enfin, il contribue à une agriculture durable, c’est-à-dire une agriculture visant à assurer une production pérenne de nourriture, respectant les principes du développement durable ainsi que la nature et les hommes.

À NOTER
Le lin est semble-t-il le premier textile développé par l’homme. Il aurait commencé à être cultivé dans le Croissant fertile, une zone biogéographique partant des plaines du Nil jusqu’au golfe persique. Les premières traces auraient été trouvées dans les villages agricoles du néolithique. Il s’agissait alors de graines de petites tailles, appelées lin sauvage. Aujourd’hui, le lin est une agro-ressource majeure et une fibre haute-performance pour une nouvelle génération de composites.

DES SOLS EN LIN
Utilisé pour fabriquer des textiles ou des objets tels que des planches de surf ou des casques à vélo, le lin est aussi présent dans les sols à travers le linoléum. Créé en 1863, ce revêtement de sol souple est constitué de toile de jute imperméabilisée par application d’huile de lin et de poudre de bois ou de liège. Concurrencé par les sols PVC, ses vertus écologiques en fait un revêtement de sol recherché dans des bâtiments comme les hôpitaux, les crèches ou les écoles. À son actif : durabilité, résistance au poinçonnement et isolation acoustique, recyclabilité, performances acoustiques, qualités bactériostatique et fongistatique, facilité d’entretien.

 

QUALITÉS MULTIPLES
Avant même l’adjonction d’autres matériaux pour l’utilisation du lin dans diverses situations, la plante présente de nombreuses qualités intrinsèques. Entre autres points forts, on peut ainsi noter la thermorégulation (frais en été, chaud en hiver), l’aspect hypoallergénique et antibactérien, la résistance aux chocs, à la torsion, au cisaillement et à la déformation, l’absorption des vibrations, l’isolation acoustique et thermique, une faible abrasivité, une faible densité (et donc un gain de poids) et l’optimisation de la fin de vis des composants.

 

 

Partagez cet article