L’artisan, critère d’inspiration

UZIN_Application-Image_NC-175_IMG_5652_2018-111.jpg

© Uzin

Garantir la pérennité optimale de l’ouvrage, voilà l’enjeu majeur des PMO. Mais depuis quelques années, la profession a compris qu’un artisan serein est un artisan efficace. Travailler sur des produits avec un impact limité et améliorant les conditions de travail des artisans est devenu un critère majeur désormais bien établi.

Après des années à parler de pénibilité, de TMS ou de risque respiratoire, les conditions de travail des compagnons sont enfin devenues un sujet pris au sérieux. Ce d’autant plus que le principe 5 de l’article L4121-2 du Code du travail, en date du 8 août 2016, oblige désormais les chefs d’entreprise à prendre en compte l’évolution de la technique afin d’améliorer les conditions de travail de leurs salariés et de préserver leur santé.

Directement responsables du quotidien des artisans, les fabricants de produits de mise en œuvre ont porté leurs efforts sur le développement de produits et de systèmes de mise en œuvre intégrant davantage de sécurité pour l’utilisateur. Ainsi, les fabricants de matériels électroportatifs ont fait évoluer leurs produits afin de prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS). Ils proposent désormais des systèmes anti vibrations intégrés au moteur. L’arrivée de nouvelles générations de batteries a également permis d’alléger les équipements.

© Beissier

L’idée est aussi d’allier confort et rendement. En termes de travail en hauteur, les ponceuses, perceuses ou visseuses girafes télescopiques permettent maintenant de travailler un plafond sans escabeau ni échafaudage à 2 m du sol. Cela implique moins de manutention et moins de temps de préparation. De même, l’essor de la mécanisation a largement participé à faciliter les opérations de ragréage, de joints ou de peinture. En fonction du type et de la puissance des machines, le produit peut être appliqué sur des hauteurs de 20, 30 ou 50 m. Un système qui présente un double intérêt. D’une part, l’applicateur n’a plus besoin de se pencher ou de travailler accroupi. D’autre part, la machine installée au pied du bâtiment permet d’éviter les opérations de manutention du produit à travers les étages.

FAIBLE ÉMISSION DE POUSSIÈRES

Parallèlement, les équipements de protection individuelle (EPI) sont plus performants et confortables à porter : chaussures de sécurité plus légères et plus souples, casques légers, vêtements de travail bien coupés. Récemment sont apparus les premiers exosquelettes, facilitant le travail des compagnons travaillant les mains au-dessus de la tête comme lors des préparations de supports des hauts de murs ou des plafonds en transférant aux hanches une partie des charges supportées par les bras. Les muscles des bras sont moins sollicités et les forces exercées sur les articulations réduites.

« UNE ÉVOLUTION CONSTANTE »
ÉDOUARD PERONA, RESPONSABLE MARKETING BOSTIK 
Proposer des produits performants et de qualité a toujours été la vocation première des fabricants de PMO. Mais depuis plusieurs années maintenant, le confort d’application et la prise de compte de la pénibilité sont devenus tout aussi importants. Au[1]delà des réglementations de plus en plus strictes, nous nous tournons vers des matières premières moins nocives, privilégions le biosourcé quand c’est possible. Ainsi nos conditionnements s’al[1]lègent avec des formules qui ont des rendements supérieurs, les émissions de COV – composés organiques volatils – diminuent et nos produits se mettent plus facilement en œuvre. Avec la prise en compte de l’artisan en ligne de mire, nous aurons toujours de quoi faire évoluer nos produits. »

Autre problématique désormais largement prise en compte : les risques respiratoires. 95 % des colles et peintures sont sans solvants et les produits en poudre tel que les sacs de ragréages sont presque tous proposés à faibles émissions de poussières. Par ailleurs, les machines produisant des particules peuvent être connectées à un système d’aspiration afin de préserver les poumons de l’opérateur. De plus, les aspirateurs sont équipés de filtres spécifiques en fonction du matériau travaillé.

UN MEILLEUR RENDEMENT

On constate enfin que ces améliorations ont une incidence directe sur le déroulement du chantier, assurant un meilleur rendement en termes de cadence de travail. Les produits à faibles émissions de poussières réduisent la phase de nettoyage ; la mécanisation apporte rapidité et régularité (mais implique une superficie relativement importante) ; les colles sèches permettent d’obtenir un sol immédiatement réutilisable. Une offre pléthorique, donc, qui se place dans un contexte particulier: la fidélité des artisans envers des produits qui ont fait leur preuve techniquement et la suprématie des distributeurs. En effet, ces derniers sont les interlocuteurs privilégiés des poseurs pour le choix de leurs produits, qu’ils s’agissent de distributeurs intégrés ou indépendants. Charge aux industriels, qui ne se présentent plus seulement comme des vendeurs de produits mais aussi comme des fournisseurs de solutions globales, de créer un rapport direct avec les utilisateurs finaux.

Partagez cet article