« Nous avons deux options : ne voir que les difficultés ou en profiter pour améliorer les choses »

Werey.png

Pointant du doigt les inquiétudes des mois à venir, William Werey, directeur adjoint de Werey-Stenger Plâtre et Staff, tient néanmoins à voir en chaque difficulté l’occasion de s’améliorer plutôt que de céder à la morosité ambiante.

« Après un arrêt brutal au 17 mars, suite à l’allocution du président de la République, nous avons attendu la sortie du guide de l’OPPBTP pour reprendre le chemin des chantiers. Avec une toute nouvelle organisation : remise à jour du plan particulier de sécurité et de protection de la santé, création de documents internes à l’entreprise, port des EPI listés dans le guide… À mi-avril, nous étions à 50 % de nos capacités.

Le travail sous fond de gestes barrière et EPI multiples ? Cela nuit un peu à l’avancement, mais nos salariés étaient trop heureux de pouvoir reprendre le chemin des chantiers ! C’est important à souligner. Et puis la réduction de cadence de pose est mesurée. Les protocoles sont très vite devenus des habitudes.

Les vraies difficultés arriveront dans quelques mois, et ça va être autre chose qu’en 2008.

C’est une bonne chose car avec un carnet de commandes rempli sur la première partie de l’année, nous sommes à 100 % de notre activité depuis début mai, nous avons même dû prendre des intérimaires. En parallèle, nous continuons aussi à chiffrer des dossiers, même si certains ont été mis en suspend, voire annulés. Ainsi, certains particuliers avaient prévu des interventions à leur domicile mais ont préféré repousser, des travaux étant peu compatible avec le télétravail.

Les vraies difficultés arriveront dans quelques mois, et ça va être autre chose qu’en 2008. D’abord dans le secteur public. Le début de la crise sanitaire a coïncidé avec les élections municipales. Les nouvelles équipes n’ont pas pu être mise en place ou ne sont toujours pas élues. Les maires sortants ne peuvent pas lancer de nouveaux projets. Ensuite dans le secteur privé. Pour exemple, les restaurateurs ou les hôteliers, avec une activité au point mort depuis le 14 mars, ont pris la crise de plein fouet et ne pourront sans doute pas entreprendre de travaux dans les mois à venir.

Les reports de paiement accordé par l’État nous ont aidé à maintenir la tête hors de l’eau mais n’ont fait que déplacer le problème.

Moins de travail, moins d’argents, financements à flux tendu donc rallongement des délais de paiement… Il faudra que les maîtres d’ouvrage nous payent rapidement pour que nous puissions faire face à toutes les charges à venir. Les reports de paiement accordés par l’État nous ont aidés à maintenir la tête hors de l’eau mais n’ont fait que déplacer le problème.

Alors il est évident que les mois à venir vont être très compliqués. Mais nous avons deux options. Soit ne voir que les difficultés, soit en profiter pour changer notre organisation, nos process. C’est peut-être le moment de cibler davantage nos marchés. Quand l’activité bat son plein, nous n’avons pas le temps de lever la tête. Les périodes sombres peuvent être l’occasion de se poser pour améliorer les choses. »

Werey-Stenger Plâtre et Staff est une entreprise de plâtrerie, staff et stuc située à Strasbourg et Gunsbach. Elle est spécialisée dans les travaux d’isolation et plâtre.

 

 

Partagez cet article