Travaux de bureaux en site occupé : une organisation au millimètre

R_0328-1.jpg

© Interface

Si des travaux en site occupé permettent de maintenir l’activité de l’entreprise, ils imposent sur le chantier une logistique et une organisation bien rodées, effectuées par des entreprises expertes avec des équipements optimisés et des matériaux spécifiques.

Qui dit travail en site occupé dit délais serrés, cohabitation avec les autres corps d’état et présence plus ou moins proche des salariés. Un challenge particulier pour les entreprises de pose. Pierre Favreau, programmateur indépendant de pilotage de travaux, rappelle l’importance de l’organisation, maître mot d’une rénovation de bureaux. « Il n’y a pas de place pour l’improvisation. Méthodes, produits, enchainement des opérations… Tout doit être décidé en amont. Il faut des entreprises rompues à ce genre d’exercices, qui savent travailler dans l’urgence et cohabiter avec les autres corps de métier. »

Concrètement, deux cas de figure se dessinent. Soit les entreprises ont à disposition des zones tampons dans lesquelles se retranchent les salariés le temps des travaux de leur espace, soit le travail est effectué de nuit ou en week-end. Une solution moins économique, bien que plus confortable tant pour les artisans que pour les collaborateurs de l’entreprise, qui dépend aussi de l’ampleur de la rénovation entreprise.

Des produits spécifiques

Pour gérer au mieux les travaux dans des délais serrés, les équipements ont un rôle clé. Au niveau de la manutention, les entreprises sont de plus en plus équipées. « Quand on pose un revêtement de sols, une bonne partie du temps est finalement vouée à bouger le mobilier, estime Thomas Letiers, gérant de Textifloor. Désormais, nous avons de nombreux matériels qui facilitent ces opérations comme les ventouses, les coins roulants, les transpalettes ou encore les systèmes de vérins pour lever les meubles. » Des solutions qui permettent de ne pas vider entièrement les locaux et de ne pas débrancher tout l’informatique. Néanmoins, cela ne fonctionne pas pour tous les chantiers, la nature du revêtement à déposer et à poser impactant fortement la méthode choisie. « Si cela est idéal pour retirer des dalles de moquette légèrement collées, où quelques centimètres suffisent pour retirer le produit, cela ne fonctionne pas pour une moquette collée en rouleau, qui imposera que l’on tire dessus pour pouvoir la changer », précise Thomas Letiers.

Dans cette optique, les produits sont désormais aussi choisis en fonction de leur rapidité de mise en œuvre et de retrait. Il en va ainsi des produits dits en pose libre comme les dalles plombantes, aussi bien en textiles qu’en PVC, les stratifiés ou parquets clipsés ou encore les plafonds tendus, posé en une demi-journée. Les colles sèches pour la pose des revêtements de sols ne nécessitent pas de temps de séchage ; les produits à faibles émissions de poussières facilitent la phase de nettoyage ; ceux à performances multiples ne nécessitent qu’une seule opération, comme les toiles de verre murales équipées d’un molleton présentent à la fois des propriétés thermiques et acoustiques. « L’offre produits est très large, note Pascal Favreau. Rien que pour le sol, entre les dalles plombantes, les clips et les produits aux temps de séchage réduit, les temps de pose et dépose sont largement réduits. Et si ces produits sont parfois plus chers, le gain de temps lors des opérations de rénovation équilibre les coûts. » Des solutions qui permettent aux entreprises de pose de respecter les délais, critère primordial pour les maîtres d’ouvrage.

3 week-ends de travaux pour la Caisse d’Épargne
La rénovation de la Caisse d’Épargne Nord France Europe, à Lille, a été réalisée sur trois week-ends, dont un prolongé. Au programme : réorganisation de l’espace et rénovation des revêtements de sol et des peintures murales sur deux des cinq étages du bâtiment. Pour anticiper le problème olfactif, les peintures murales ont été réalisées à chaque fois en tout début de week-end, avec des produits quasiment sans odeur. Le système de ventilation et de chauffage a été systématiquement mis en route afin que l’air soit brassé avant le retour des salariés le lundi matin. Concernant les sols, l’entreprise Textifloor a remplacé 2 300 m2 de moquette usagée avec des dalles Interface équipées du procédé de pose sans colle Tactiles de l’industriel, un principe de scotch qui évite le collage de chaque dalle. Pas de colle, pas de temps de séchage et des meubles remis immédiatement.

L’organisation des travaux a été pilotée par Pierre Favreau, programmateur de pilotage de travaux indépendant, la coordination entre les entreprises dans ce type de travaux étant primordiale. Les cloisonneurs ont travaillé en amont, parallèlement aux électriciens. Une fois cette partie achevée, les déménageurs ont vidé les bureaux pour la pose de la moquette.

Partagez cet article