Poser sans coller, une pratique en vogue !

RS41474_Creation-Clic-55_70_maillet-hpr.jpg

© Gerflor

Stratifié, dalle textile, LVT… De plus en plus de de revêtements s’affranchissent de la colle. Entre autres avantages: facilité de mise en œuvre et de dépose et réouverture rapide des locaux.

Longtemps garante de la qualité de l’ouvrage, de sa durée dans le temps et de la sécurité des utilisateurs finaux, la pose collée perd du terrain. La cause : les progrès techniques des fabricants de revêtements de sol qui ont développé des produits désormais adaptés pour suivre l’évolution des modes de vie et de la conception des bâtiments.

Un promoteur privé ou public anticipant les opérations de rénovation, une boutique ou une entreprise souhaitant changer de concept avec une fermeture minimum des locaux, un hôtel s’assurant la possibilité de pouvoir changer une seule dalle de moquette au cas où, la nécessité de recouvrir un sol amianté… Les situations qui y trouvent leur compte sont nombreuses.

Les avantages de la pose sans colle : rapidité de mise en œuvre avec un outillage restreint, absence d’odeur, facilité de dépose avec restitution d’un support propre.

L’AVÈNEMENT DU CLIC
Premier à entrer en scène, le parquet contrecollé a popularisé la pose libre ou flottante. Alternative au parquet massif (traditionnellement posé cloué sur lambourdes ou solives ou collé avec emboîtement par rainure languette), le contrecollé est un produit industrialisé constitué de deux ou trois plis. La couche d’usure est collée sur une âme en contre-plaqué ou en résineux et contrebalancée en sous-face par un parement pour la stabilité dimensionnelle de l’ensemble.
À l’origine, les lames étaient assemblées entre elles par rainure et languette, avec application intermédiaire d’un filet de colle. Hérité des sols stratifiés, l’assemblage par clips s’est aujourd’hui généralisé. Apparu il y a une trentaine d’année, le revêtement de sol stratifié s’est imposé comme une alternative économique au parquet bois. La révolution du clic a radicalement changé le rapport du consommateur à ce produit et à participer à le démocratiser. Désormais, si la pose collée est toujours possible, la pose libre, uniquement par système clic, est la règle.
À noter, le parquet et le stratifié sont sensibles à l’humidité et la pose libre ne dispense pas de respecter un jeu périphérique pour absorber la dilatation du revêtement. Bémol à la pose flottante du parquet comme du stratifié : la sonorité à la marche. Plus que le bruit d’impact transmis vers l’étage inférieur, c’est la résonnance à l’intérieur même du local qui est en cause.
Autre problème, la pose libre sur sol chauffant : elle peut nuire à la transmission de chaleur et, dans tous les cas, ne doit se faire que sur un système basse température. Le revêtement doit avoir une faible résistance thermique. Avec un parquet, le bois doit être dense et stable, de 15 mm d’épaisseur maximum. Les lames ne doivent pas être trop larges afin de ne pas « tuiler » et la pose d’un film pare-vapeur s’impose. Il est également important de respecter les délais et procédures de mise en chauffe du sol afin d’éliminer l’humidité résiduelle contenue dans la chape.

MODULARITÉ DE LA DALLE TEXTILE
Les espaces de bureaux et les locaux du tertiaire doivent de plus en plus répondre à des critères de confort et d’acoustique. La dalle textile plombante amovible, naturellement adaptée à la pose libre, a changé les possibilités techniques et esthétiques de ces environnements. Elle répond aux nouvelles exigences des espaces de travail, permettant la modularité et pouvant être transformées facilement, au gré des besoins de changement d’aménagement, qu’ils soient d’ordre organisationnel ou conceptuel. La dalle s’adapte rapidement aux besoins de l’occupant en optimisant les coûts des changements et en limitant la durée des travaux. Associée à un plancher surélevé, elle permet l’accès aux éléments techniques qu’il renferme. Elle autorise des remplacements partiels en cas de taches ou de dégradations, sans déplacement de tout le mobilier et surtout sans obligation de changement global.

© Interface

Facile à manipuler, elle préserve la santé des poseurs et génère moins de chute qu’une moquette en rouleau. Pour être compatible avec une pose libre, la dalle plombante doit répondre à certains critères : le cahier de prescriptions techniques définit qu’elle doit avoir une masse surfacique égale ou supérieure à 3,5 kg/m2, une épaisseur supérieure ou égale à 5 mm et une surface minimale de 0,25 m2. La qualité de la pose libre dépend de celle de la sous-couche de la dalle : celle-ci garantit la stabilité dimensionnelle et la planéité du module et son aptitude à adhérer au sol. Le type de sous-couche le plus courant est un mélange de bitume modifié par des polymères et de charges de calcaire.
Elle peut aussi être en PVC, à base de polyuréthane, de polyoléfine ou de textile polyester. Lorsque l’installation s’effectue sur une grande surface, avec un linéaire de plus de 12 m, il convient d’utiliser un fixateur ou « poissant » qui renforcera l’adhésion des dalles sans en empêcher la dépose. Autre possibilité, le système TacTiles d’Interface. Il s’agit de petites surfaces sans colle placées sous les quatre angles des dalles afin de les maintenir les unes aux autres pour créer un sol flottant.

LA LVT, UN LARGE CHAMP D’APPLICATIONS

© Forbo Flooring Systems

Le PVC en dalles et lame de format modulaire, appelé LVT, connait depuis quelques années un énorme succès, multipliant son champ d’applications. Compatible avec des exigences de trafic lourd, on le retrouve dans les commerces mais aussi en hôtellerie, en maisons de retraite ou encore dans le résidentiel. Plusieurs poses sans colles sont réalisables :
– La pose 100 % libre, qui ne fait appel à aucun adhésif ou poissant. Les lés peuvent être mis en œuvre grâce à un adhésif simple face aux joints. La face en contact avec le sol est uniquement antiglisse alors que la surface en contact avec le revêtement adhère totalement.
– La pose de produits clipsée, en dalles ou en lames, type LVT, permet de recouvrir d’anciens sols existants (carrelage, PVC compact) et d’y associer une sous-couche acoustique. La pose se rapproche fortement de celle des sols stratifiés. Avantage indéniable, il est possible de marcher et de remettre le mobilier immédiatement.
– La pose dite amovible s’effectue par le biais de produits plombants. Il s’agit de dalles ou de lames dont la structure et le poids assurent la rigidité et la stabilité de l’ensemble posé.
– La pose semi-libre, qui utilise des adhésifs double-face, en remplacement des colles, positionnés en périphérie de la pièce et au niveau des joints éventuels.

Partagez cet article