Toile acoustique, toile esthétique

Knauf-1.jpg

© StudiovU

Faire d’une pierre deux coups. Mêler l’esthétique à l’acoustique. Grâce aux évolutions de l’offre produits, c’est désormais possible. Exemple avec des panneaux acoustiques aux allures de tableaux.

Si acoustique a toujours rimé avec technique, on peut désormais y ajouter l’esthétique. Le design des solutions à disposition des prescripteurs est de plus en plus travaillé. Parfois, elles deviennent même le centre de la décoration d’un projet. Il en a été ainsi pour l’école Simone Veil de Saint Germain-les-Arpajons, dans l’Essonne. Afin d’assurer l’absorption acoustique des espaces communs, les lieux les plus bruyants d’un établissement scolaire, les nouveaux panneaux acoustiques Thermatex Line Modern de Knauf AMF ont été installés aux murs. Il s’agit de panneaux en fibre minérale recouverts d’un voile de fibre de verre sur les faces avant et arrière. Le produit, perforé en usine, crée un piège à son. Le voile de verre, qui dissimule les perforations, peut être peint ou bien être imprimé.

LEÇON D’HISTOIRE SUR PANNEAU PERFORÉ

Pour ce projet, les panneaux ont été décorés d’images imprimées en grande dimension. Des visuels de qualité à plus de 1 200 dpi. Le panneau du hall de l’école primaire est le plus symbolique. Accompagné d’un portrait de la femme politique, il présente un morceau d’histoire en retraçant la vie de Simone Veil.

La bibliothèque met à l’honneur des visuels propre aux paysages de montagne. © StudiovU

Les autres tableaux, disposés dans la cantine et la bibliothèque, reproduisent des photos fournies par l’école elle-même, toutes empreintes de l’ambiance « chalet » propre à l’établissement, que l’on retrouve notamment dans son ossature bois sur dalle béton. « Après le choix des prises de vues, nous avons vérifié auprès de notre usine, en Allemagne, si le projet était réalisable avec les formats demandés, tous sur-mesure, explique Arnaud Lauvernier, responsable commerciale de Knauf AMF. Des ajustements ont été effectués des deux côtés puis le projet a été lancé. » Au final, 70 cadres de 40 mm d’épaisseur, soit environ 90 m2, qui s’accrochent au mur « comme un tableau, avec quatre visses et des fixations invisibles », précise Louis Delage, directeur de travaux pour l’entreprise Sogefi. En termes de finitions, un cadre en aluminium accentue l’effet tableau.

Les visuels du réfectoire, comme de l’accueil et de la bibliothèque, ont été choisi par l’établissement. © StudiovU

Partagez cet article