La Philharmonie des enfants se décline en vinyle

1-1.png

La Grande place accueille les “Histoires du Petit Peuple” créées par Wladimir Anselme et illustrées par Brecht Evens sur un sol vinyle Tarkett gamme Tapiflex Platinium -Snow-Light Grey. © William Beaucardet

Le nouvel espace de la Philharmonie de Paris(XIXe) dédié aux enfants a fait l’objet d’un processus créatif spécifique. Au cœur du projet, le PVC, utilisé tant pour les sols que pour les installations accueillant les animations, choisi pour la richesse chromatique, sa performance acoustique et sa résistance.

La Philharmonie de Paris, imaginée par l’architecte Jean Nouvel, a ouvert fin septembre dernier un espace de 1 000 m2 dédié aux enfants de quatre à 10 ans baptisée La Philharmonie des enfants. Dessiné par la designer Constance Guisset, avec un travail minutieux autour des matériaux, il s’agit d’un lieu d’exploration du son et de la musique avec un parcours sollicitant à la fois le corps et l’esprit, laissant libre cours à l’imaginaire.

L’idée était de créer un lieu « à hauteur d’enfant », accessible de façon autonome et instinctive, sans la médiation d’un adulte. « J’ai dessiné un plan où toutes les salles sont reliées par une grande place qui sert de point de repère : les enfants sont obligés de passer par là pour aller d’une installation à l’autre », explique Constance Guisset. Cette disposition permet un parcours initiatique avec des expériences ayant été validées par des experts, des musicologues et des enfant eux-mêmes.

Le “Géant à vent”, sol vinyle Tarkett gamme Tapiflex Platinium -Snow-Light Grey. © Constance Guisset Studio

Un environnement ludique

Créant pour la première fois à la fois un espace et son contenu, la designer a dû composer avec une scénographie et des installations ayant chacune des contraintes propres qu’il a fallu concilier. Ce projet a nécessité trois ans de travail et la collaboration de plus de 200 intervenants. « Le contenu pédagogique avait déjà été imaginé par la Philharmonie, avec des niveaux d’investissement très variables. Certaines expériences étaient pensées de façon très avancée alors que d’autres étaient à un stade encore expérimental », indique Constance Guisset.

Pour identifier les différentes parties du parcours, la designer a imaginé des atmosphères abstraites, dans la suggestion, sans copier un lieu identifiable comme une cabane ou un studio afin que les enfants s’approprient les lieux et ressentent les choses à leur façon. Les couleurs et les formes ont été travaillées pour proposer un environnement ludique, accessible et joyeux sans pour autant être infantilisant.

Univers de la “Forêt des sons”, table et sol Vinyle
Tarkett gamme Tapiflex
Platinium-Snow Mustard. © William Beaucardet

Du vinyle acoustique

Constance Guisset s’est tournée vers Tarkett pour réaliser ses scénographies. Les gammes chromatiques de l’industriel ont notamment inspiré la designer dans ses choix, qu’il s’agisse des sols mais aussi en recouvrement du mobilier. Elle s’est ainsi tourné vers neuf références dans les gammes Tapiflex Excellence et Platinium, des revêtements de sol classé U3U4, hétérogène et acoustiques dotés d’une couche intermédiaire en mousse afin de réduire la transmission du son et absorber les chocs. « Le projet comporte une dimension acoustique essentielle et le sol était un véritable enjeu, précise la designer. De par cette contrainte, nous avons souhaité nous tourner vers un sol souple, également facilement nettoyable. Nous avons intégré la gamme de Tarkett, qui cochait tous les critères, avec un large et subtil éventail de coloris. Sa résistance a permis d’en faire un usage plus large, particulièrement sur les installations elles-mêmes. »

Installation “Le Compositrain”, table et sol vinyle Tarkett gamme Tapiflex Platinium -Snow-Terracotta. © William Beaucarde

 

 

Partagez cet article