L’appartement Moore, Paris (75) – Bienvenue à la maison

60.png

Moore Design a posé ses valises près des Grands Boulevards, dans des bureaux baptisés l’Appartement. Véritable lieu de vie, ce dernier est un espace d’un nouveau genre, à mi-chemin entre le lieu de travail classique et le domicile. Et l’occasion pour chacun d’utiliser et de tester le mobilier proposé par l’entreprise.

En septembre dernier, Moore Design s’est installé rue du Sentier, dans le deuxième arrondissement de Paris. Cette jeune société, à la fois fabricante et importatrice de mobiliers, a emménagé sur un vaste plateau avec structure Eiffel et grande hauteur sous plafond. L’Appartement, le concept imaginé par Julien Diard, fondateur de l’entreprise, est venu d’un constat: les gens ne viennent plus visiter les showrooms, que ce soit par manque de temps ou par commodité. « Je ne nous considère pas comme des vendeurs de meubles mais comme une société de conseils qui cherche à comprendre les problématiques du client, à s’adapter à son ADN et à son budget et à proposer en fonction la bonne solution. Dans cette optique, je ne voulais en aucun cas reproduire un showroom avec des podiums et des mobiliers statiques mais proposer un vrai lieu de vie », indique Julien Diard. L’Appartement a une triple fonction. D’une part, il accueille l’équipe de Moore Design. D’autre part, il met à disposition le mobilier qu’il importe ou qu’il distribue. Enfin, il propose un espace de co-working qui a la particularité d’être dédié à l’écosystème du design des espaces de travail et de l’hôtellerie, c’est-à-dire les architectes, les aménageurs ou les designers. « Si les grands cabinets d’architectes ont souvent de vastes agences, il existe de nombreuses petites entreprises indépendantes qui n’ont pas forcément de locaux, constate Julien Diard. Je crois au coworking spécialisé, avec des gens qui ont le même langage afin qu’il puisse y avoir un échange et une interaction sur des sujets communs. C’est l’échange, le réseau qui va permettre à chacun de progresser. »

 

Mélange des matériaux

L’idée était de recréer un véritable appartement, avec cuisine, salle à manger et salon, de proposer des salles de réunion et d’échanges et une technologie la plus poussée possible. « Nous voulons faire évoluer le lieu, voir ce qui marche ou pas. Nous avons lancé quelques prototypes et nous retravaillons déjà sur certaines choses qui, avec le recul, ne fonctionnent pas », précise le dirigeant. Partis d’un plateau de bureaux classique avec faux plafond, moquette et cloisons multiples, les collaborateurs ont apporté leurs expériences et leurs idées pour arriver à ce qu’ils avaient imaginé : un plateau de 480 m2 où se mêlent les matériaux et les ambiances. Ainsi, cœur de l’Appartement, la cuisine et la salle à manger conjuguent le luxe des équipements de pointe, d’un plan de travail en Corian et d’un carrelage imitation marbre avec le côté authentique du parquet. Dans le même esprit, l’espace de coworking alterne entre le parquet et des moquettes Interface, soit en pose traditionnelle soit en mode tapis. « Le système de jonction et le format rectangulaire des dalles apportent un graphisme particulier au tapis », note Julien Diard. Majoritairement ouvert, le plateau comporte quelques espaces clos, très variés. La salle « Pink Paradise » avec table haute, la « Black Room » qui peut passer de six à 12 collaborateurs au gré des besoins ou encore la « Cosy Room », équipée d’un canapé, d’une moquette et d’un papier peint très graphique pour une ambiance plus intime et moins formelle. Dans ces espaces, la transparence reste de mise grâce aux cloisons vitrées. Proposées par Intérior, elles sont équipées d’un système de balais au bas de la porte afin de filtrer le moindre son. Par ailleurs, les lisses en retrait donnent l’impression que la cloison est suspendue.

Panneaux acoustiques sur-mesure

Au-delà des cloisons, l’acoustique est majoritairement traitée avec le mobilier: panneaux acoustiques avec verre laqué aimanté et fonction « tableau blanc » ; cabine téléphonique d’1 × 1 m avec système de ventilation et détecteur de présence pour la lumière qui permet de rester au contact de l’extérieur tout en assurant une totale confidentialité à l’intérieur; boîte acoustique pour accueillir les copieurs et venir bloquer le son à la source. Des panneaux acoustiques sur le plafond de l’entrée, fabriqués directement par Moore Design, complètent l’aménagement. « Il y avait un créneau sur le marché des panneaux acoustiques, en termes de formes, de tissus et de finitions possibles, explique Julien Diard. Nous avons répondu avec des produits surmesure. Nous importons la mousse acoustique et créons un panneau avec intégration d’éclairage, en partenariat avec Lucibel. »

Associer le mobilier aux revêtements

Ainsi, la vaste surface de travail permet de mettre en place des prototypes. Tables et bureaux cocréés avec des architectes d’intérieur, banquettes ergonomiques équipées de prises, éclairages originaux… Jusqu’à la salle de réunion portative, sorte de bulle, qui alterne panneaux acoustiques et vitrés en fonction des souhaits et équipée d’un système de ventilation indépendant. Elle permet de bouger les aménagements dans le temps afin de s’adapter aux équipes et aux activités. Elle est d’ailleurs plus facile à déplacer que des cloisons car elle n’implique ni reprise de peinture ou de revêtement de sol, ni système d’aé- ration à repenser… Enfin, l’Appartement met à disposition sa maté- riauthèque, exemples de tissus ou de moquettes, à compléter au fur et à mesure. « Désormais, le mobilier est pensé en amont des projets, estime Julien Diard. Mais il est difficile de parler de mobilier sans y associer les matériaux, les moquettes ou l’éclairage. L’idée de l’Appartement, c’est que les utilisateurs puissent entre autres avoir un panel le plus complet possible. »

Partagez cet article