Hôtel Mercure de Tours Sud, Joué-Lès-Tours (37) – Des îlots pour traiter l’acoustique

Ouverture-1.jpg

Suite à des travaux d’embellissement, le restaurant de l’hôtel Mercure Tours Sud présentait une acoustique catastrophique. La solution : des panneaux acoustiques choisis pour leurs performances techniques mais aussi pour leur facilité de mise en oeuvre dans un lieu toujours occupé et pour leur aspect esthétique, en adéquation avec le nouvel aménagement.

Le projet de rénovation de l’hôtel Mercure de Joué-lès-Tours, dans l’Indre-et- Loire, a débuté en 2015, pour des travaux effectués début 2016. L’objectif était de moderniser et d’embellir le hall de réception, le bar et le restaurant puis de s’occuper des chambres. Mi-avril, dans la salle de restaurant, un stratifié remplaçait la moquette du sol, les rideaux avaient disparu et le plafond organisé sur plusieurs niveaux avait laissé place à un modèle en plaque de plâtre monolithique. Un décor sans nul doute esthétique mais un véritable fiasco concernant l’acoustique. « Nous nous sommes immédiatement rendu compte qu’il y avait un grave problème sonore, avec des phénomènes d’échos et de très fortes résonances, insupportables dans un environnement tel qu’un restaurant, explique Ludovic Raynaud, directeur de l’hôtel Mercure Tours Sud. Nous avons commencé à perdre de la clientèle et le personnel de l’établissement a très vite expliqué qu’il était devenu difficile de rester au quotidien dans cette pièce. » L’erreur ? Tous les revêtements retirés (moquette, rideaux, plafond à niveaux multiples) avaient pour rôle d’absorber et de piéger les sons, or rien n’a été fait dans le nouvel aménagement pour prendre le relais. « Nous avons dû chercher une solution qui n’engendrait pas de gros travaux et qui se mariait avec la nouvelle décoration », précise Ludovic Raynaud.

Des îlots acoustiques sur-mesure

Les différents niveaux des panneaux créent des pièges à son. © Knauf AMF

Ludovic Raynaud a confié à MV Aménagement la réalisation des travaux : la pose de panneaux acoustiques sur plusieurs niveaux de plafond et sur les murs afin de palier le problème de réverbération du son et d’absorber les bruits. Le choix s’est porté sur les panneaux acoustiques AMF Line pour les murs et Topiq Sonic Élément de Knauf AMF pour le plafond. Ces derniers sont des dalles en laine de roche revêtues d’un voile non tissé. Elles ont été dimensionnées spécifiquement pour l’hôtel et les teintes créées pour se marier avec le décor déjà mis en place. Une de ces particularités est que la face cachée de l’îlot est recouverte d’un contre-voile permettant de piéger les sons de toute part. « Le résultat a été surprenant dès lors que les dalles de plafonds ont été mises en place, affirme Ludovic Raynaud. Ce sont vraiment elles qui font tout le travail. Parallèlement, le calepinage réalisé par l’entreprise de pose et les couleurs des îlots renforcent l’effet cosy du restaurant, améliorant encore l’esthétique prévue aux débuts des travaux. » Seul bémol d’après le directeur de l’hôtel, l’utilité des éléments muraux : « Je pense que les îlots au plafond auraient suffi. J’ai maintenant des panneaux blancs qui donnent un effet un peu trop « clinique » et qu’il va falloir décorer alors que l’acoustique est largement traitée horizontalement. » Knauf AMF a ainsi proposé de personnaliser les îlots standards en version imprimée, permettant de marier esthétique et acoustique.

Dérangement minimum

Au-delà de leurs performances techniques, les produits choisis ont représenté un avantage de taille : leur rapidité de mise en oeuvre. Il était évidemment impossible de fermer complètement une salle de restaurant qui abrite trois services (petit-déjeuner, déjeuner et dîner) et qui sortait déjà d’une phase de travaux de quatre mois. Simplement suspendus sur le plafond existant et fixés aux murs, les produits ont pu être posés en près de deux semaines avec une organisation bien définie. Les travaux ont été réalisés début septembre, une période plus calme pour l’activité de l’établissement. Ils commençaient après le petit-déjeuner, maintenu dans le restaurant, et se poursuivaient jusqu’à 18 heures, le déjeuner étant délocalisé dans le bar. Une équipe de nettoyage remettait tout en ordre afin que le service du soir puisse être assuré, sans contrainte pour la clientèle.

Partagez cet article