La couleur, critère d’éveil

Ouverture.jpg

© Johnattan Claeys

À l’âge où les sens s’éveillent, se développent et s’affinent, les enfants de zéro à trois ans doivent évoluer dans des espaces où les couleurs ont été réfléchies avec attention, les « incitant à », les « empêchant de »… Exemple avec une crèche luxembourgeoise, qui a intégré ce paramètre dès sa conception.

La couleur a-t-elle un rôle spécifique ? Si nous sommes loin de la science exacte, nous savons aujourd’hui que les couleurs ont une influence sur notre concentration, notre anxiété ou encore notre appétit. Le rouge favorise l’apprentissage ; le noir est une barrière visuelle pour bannir les accès, notamment dans les établissements dédiés aux malades atteint d’Alzheimer ; le vert présente implicitement les valeurs environnementales d’une entreprise.

Suivant cette logique, les couleurs des crèches et garderies doivent être réfléchies en amont. De zéro à trois ans, les enfants développent leurs capacités motrices, les sens s’éveillent. Ils sont à l’âge où ils découvrent l’opposition et les contrastes, le brillant et le mat, le clair et le foncé. Ils doivent être stimulés sans être agressés. « Plus que la couleur elle-même, ce sont les caractéristiques de la teinte – saturation, luminosité – qui influent sur les préférences, les émotions et le comportement », explique le professeur Oberfeld-Twistel, du département de psychologie expérimentale à l’université Johannes Gutenberg, en, Allemagne, dans l’étude* présentée par Tarkett en octobre 2018.

Les zones dédiées à chaque tranche d’âge peuvent être modulées selon les envies et besoins grâce à des cloisons amovibles en stratifié et effet bois. © Johnattan Claeys

On privilégiera le contraste pour aider les enfants à se repérer, des teintes pastel mais colorées et vives pour développer leur créativité et leur envie de se déplacer. Pour les dortoirs, la décoration doit se faire plus discrète afin de créer un espace favorable au sommeil. Il ne s’agit plus de focaliser l’attention mais de dégager une ambiance harmonieuse. On choisira alors des couleurs plus claires comme le gris ou le bleu favorisant le sommeil et le calme. « Dans une crèche, l’ambiance peut rapidement devenir bruyante, avec tous ces enfants. Le personnel n’est jamais assez nombreux, il y a des jouets partout… Il faut pouvoir créer des coins définis, de l’ordre, de la structure. Des espaces aux teintes différentes qui puissent être facilement distinguées par les enfants », précise Doukje Sel*, pédopsychologue en Belgique.

Jeux de couleurs complémentaires

Des principes qui ont été mis en place dans la crèche Butzen Spaass, à Grass, au Luxembourg. Sa directrice, Myriam Lommel, a réfléchi à cette problématique en amont des travaux, dès la phase de conception, en faisant appel à Béatrice Mange, fondatrice de la société Color Wellness qui étudie  l’impact de l’environnement et notamment des couleurs sur les personnes.

Cet établissement, qui accueille en moyenne 60 enfants, comporte trois zones en fonction des âges – les poussins, de deux à 16 mois, les petits loups, de 16 mois à deux ans, et les oursons, de deux à quatre ans. Chaque zone a des dortoirs et salle de changes attenants.

Les sols en linoléum, s’ils sont lumineux, contrastent avec les teintes colorées des murs et des nombreux tapis d’éveil, permettant aux enfants de mieux distinguer les différentes zones de jeux. © Johnattan Claeys

Dans une région où la météo peut être assez grise, le choix des teintes des murs mais aussi du mobilier et des tapis en mousse s’est porté sur du coloré, des tons gais et vifs : jaune, bleu et vert anis, toujours en pastel pour un effet calme et chaleureux. Un jeu de couleurs complémentaires qui se répondent. Comme un fil rouge, des arbres et arbustes ont été peints sur les murs des différentes salles. Point d’orgue : la salle de motricité, fidèle à la charte graphique de la crèche, accueillant sur ses murs une jungle en vert et brun, appelant au mouvement, très ludique afin de donner envie de se dépenser et de revenir. Seules salles à ne pas évoluer dans les bleu, vert et jaune : les dortoirs, beaucoup plus sobres, dans un parme très clair, afin d’inciter les enfants au calme et au sommeil.

Un rendu final gai et paisible, apprécié des parents mais aussi du personnel, qui après d’autres expériences professionnelles qualifie cet environnement de travail de calme et chaleureux, apaisant les enfants.

* « Influence des couleurs et des matériaux dans les environnements éducatifs », étude couleur, Tarkett

Partagez cet article