Un cinéma de plâtre et de bois

Ouverture-1.jpg

© Placo

Dans le cadre de son festival du 7e art, un petit village nivernais a fait construire pour l’édition 2018 une vraie salle de cinéma. Afin de conjuguer confort auditif, visuel et esthétique, le choix a été fait d’équiper la salle de plaques de plâtre et de panneaux en fibres de bois.

Le village d’Ouroux-en-Morvan (58), qui compte un peu plus de 600 habitants, organise depuis 11 ans le festival du court métrage « Partie de campagne ». Un évènement qui a réuni lors de la dernière édition en juillet dernier plus de 3 000 visiteurs. Pendant 10 ans, les projections se tenaient dans la salle des fêtes, des granges ou des chapiteaux installés pour l’occasion. Devant le succès croissant de cette manifestation, la mairie a souhaité embellir le festival en créant une authentique salle de cinéma de 65 places sur 80 m2 dans l’ancienne poste, partageant l’espace de 180 m2 avec la médiathèque municipale.

Tirer parti du lieu

© Placo

L’agence d’architecture Atelier Correia retenue par l’appel d’offres a choisi les revêtements des murs et du plafond avec minutie. « Un cinéma est toujours un lieu particulier, note Claude Correia, dirigeant et associé de l’agence. Le son et l’image doivent être parfaits et les matériaux utilisés y contribuent fortement. Pour l’acoustique, cela semble évident mais pour l’image aussi il y a des contraintes. Elle ne doit pas être perturbée par des réverbérations ou de la brillance, d’où la place de la couleur, qui est un élément architectural important. » Dans un cinéma, l’intérêt est que les murs ne soient plus visibles quand la lumière diminue et qu’ils ne fassent pas écran au moment où l’image jaillit. Pour cette salle, les architectes ont choisi de tirer parti du lieu, assez exigu, et de créer un espace où le tracé viendrait aider le son et l’éclairage en créant une enveloppe de forme quadrilatère mise en relief par les faisceaux lumineux en Leds qui guident le regard du spectateur vers l’écran. D’abord imaginée en toile textile, fréquente dans les salles de cinéma, cette enveloppe a finalement été réalisée en plaques de plâtre de marque Placoplatre, sous les conseils du négoce Pagot & Savoie. « On nous a demandé de proposer une solution aussi performante acoustiquement qu’esthétiquement, explique Maxime Hinault, délégué technico-commercial de Placo. Nous avons trouvé mieux, puisque nos produits assurent une absorption acoustique de áw 0,75 alors que la toile d’origine était de 0,50. »

Absorption et isolation acoustiques

300 m2 de plaques Rigitone Activ’Air 8/18 perforées de manière aléatoire habillent les murs et le plafond pour absorber les bruits de la salle. Ils ont été par la suite peints dans un camaïeu de bleu (du bleu ciel au fond de la salle au bleu gris sur le devant), une nuance choisie pour son adéquation avec la projection de film mais aussi avec le rouge traditionnel des fauteuils de cinéma. Parallèlement, 400 m2 de plaques Placoplatre BA 18S forment une double peau murale sous le revêtement final afin d’isoler la salle des sons extérieurs.

© Placo

Enfin, 40 m2 de panneaux en fibres de bois Silvatone de 35 mm d’épaisseur, une nouveauté de Placo associant de la laine de bois épicéa et du ciment blanc de Portland, ont été installés derrière l’écran tel un large matelas isolant. Sa teinte noire se fond dans le décor et son coefficient d’absorption acoustique de 0,70 renforce encore les performances de la salle. « Ce qui est intéressant sur ce projet, c’est que de l’architecte au négoce en passant par l’entreprise Pereira qui s’est occupée de la mise en œuvre ou encore Placo, tout le monde a travaillé en pleine synergie pour proposer des solutions et des produits qualitatifs et performants », ajoute Maxime Hinault.

© Placo

Partagez cet article