Bureaux contemporains dans un lieu historique

Photo-1-1.jpg

© Majorelle

PwC a installé ses équipes lyonnaises dans une partie des nouveaux bureaux créés dans le cadre de la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu de Lyon. Le défi : être fidèle à l’empreinte graphique de l’entreprise et proposer un environnement répondant aux nouvelles organisations de travail tout en conservant l’architecture originelle des lieux.

Après quatre ans de travaux pour réhabilitation, le Grand Hôtel-Dieu, classé monument historique, a ouvert ses portes en avril dernier. Il accueille désormais 17 600 m2 de commerces en rez-de-chaussée et 13 400 m2 de bureaux en étages. Souhaitant changer de locaux, l’antenne lyonnaise du cabinet d’audit PwC a investi les 2e, 3e et 5e étages, les espaces les plus atypiques du bâtiment.

PwC a fait appel à Majorelle pour repenser son environnement de travail. Le challenge était d’intégrer des espaces de travail fidèles aux principes d’aménagement déployés dans le siège parisien, situé dans l’immeuble Crystal Park à Neuilly-sur-Seine, lui aussi réalisé par Majorelle. La priorité a été donnée à des espaces collaboratifs, en flex office (214 postes pour 314 collaborateurs), de grands plateaux ouverts rythmés par différents mobiliers dont certains ont été conçus sur-mesure par les équipes de Majorelle tels que des benchs, des alcôves, ou encore des systèmes de « boîtes » jouant avec des volumes XXL et assurant un bon confort acoustique sur les trois étages.

La difficulté : « Comment projeter une organisation spéciale contemporaine dans un bâtiment construit au XIIe siècle ? », indiquait Lucy Bakli, co-dirigeante de Majorelle, et classé monument historique. « Tout en restant fidèle à la charte de PwC mettant en avant l’ouverture des espaces et des couleurs bien déterminées, nous avons choisi de tirer parti de l’architecture spectaculaire des lieux, explique Alexandra Andreevski, chef de projet sur PwC Lyon. Nous avons misé sur une mise en valeur des structures Eiffel et des plafonds plutôt que de les cacher. »

 

© Majorelle

LE 5E ÉTAGE, UNE ARCHITECTURE À PRÉSERVER
Cet étage est le plus impressionnant avec une hauteur sous plafond monumentale, des structures métalliques, un sol en pierre de Verdun et une voûte en pierre et en béton. Ce niveau de  1 057 m2 réuni un espace de travail dans la salle Caillemer, un espace collaborateurs dans la salle des crochets et la cafétéria dans la salle du séchoir (photo). Un espace plus évènementiel a aussi été aménagé pour l’organisation de réceptions clients, de conférences ou de petits-déjeuners. Particularité de cet étage : « L’impossibilité, suite à la réhabilitation et au classement du bâtiment comme Monument historique, de fixer des éléments sur sol en perçant ou en collant », indique Alexandra Andreevski. Majorelle a donc fait le choix d’utiliser quand nécessaire des tapis et des moquettes simplement posées, comme dans la salle du séchoir où l’agence souhaitait créer une ambiance salon dans l’espace collaboratif. De même, les box et les salles de réunion de la salle Caillemer sont simplement posés, positionnés en fonction des poteaux types Eiffel.

 

© Majorelle

LE 2E ÉTAGE, L’IDENTITÉ DANS LES DÉTAILS
Avec une hauteur de plafond de 2,70 m, le deuxième étage de  445 m2, dédié à un vaste plateau de bureaux dans lequel gravite un menu varié d’espaces de travail, est plus classique. L’objectif premier était de faciliter la communication et le partage d’informations et de permettre aux collaborateurs de changer d’espace de travail en fonction de leurs besoins (réunion, concentration, échange informel). Revêtu de moquette Milliken, cet étage reprend les couleurs de PwC (photo), le gris se mélangeant petit à petit à l’orange, ce dernier positionnant les box des bureaux et des salles de réunion. « Les couleurs de PwC sont le rouge, le fuchsia, l’orange et le jaune. De toutes ces couleurs, l’orange se mariait le mieux aux murs à la chaux, déjà existants », détaille Alexandra Andreevski. On retrouve les autres couleurs de l’entreprise à travers les éléments d’agencement tels que les portes des casiers ou encore la vitrophanie. « L’identité se retrouve dans les détails. »

 

© Majorelle

LE 3E ÉTAGE, L’ÉLÉGANCE GRAPHIQUE
Très sobre et élégant, il s’agit de l’espace client et de l’accueil. Cette dernière se prolonge avec de vastes salles de réunion, la façade donnant directement sur le Rhône. Les sols du hall et de la galerie de l’accueil sont recouverts d’une moquette grise Desso tandis que celle des salles de réunion est noire. Une teinte qui rappelle l’ossature des cloisons, très graphique (photo). « Les cloisons ont été travaillées de manière particulière de par leur hauteur sous plafonds de presque 4,10 m, explique Alexandra Andreevski. Pour poser des cloisons à plus de 3 m, il faut intégrer une lice intermédiaire afin de tenir le vitrage. Nous avons choisi de jouer avec cette obligation par un rendu très graphique dans les tons noir/gris/blanc en quadrillant l’ensemble. » À noter, le rouge cher à PwC est décliné dans le lounge de l’espace client, derrière la banque d’accueil (photo 7) et le long de la galerie.

Partagez cet article