Le matériau roi des finitions intérieures

63.png

Si elle est utilisée dans de nombreux secteurs comme l’automobile, l’industrie, la marine ou pour le grand public (c’est-à-dire destinée à être appliquée par les particuliers dans le cadre de petits travaux d’entretien-rénovation), le premier débouché de la peinture reste le bâtiment. En 2011, ce dernier représentait 41,4 % du marché*, avec un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros (le CA global s’élevant à 2,4 milliards). Dans ce secteur, son usage est multiple. Elle peut être déposée sur les murs, les plafonds, les façades ou les menuiseries ainsi que sur les métaux ou les toitures. En 2014, le cré- neau des peintures dites de maçonnerie inté- rieure (finition, impression, décoration) repré- sentait 57 % de parts de marché et confirmait une relative constance avec une évolution de 0,4 % entre 2012 et 2013. Concernant les murs, on constate d’ailleurs que sur le long terme, la peinture gagne des parts de marché* face aux papiers-peints, à la toile de verre et aux carreaux céramiques. Cela est en partie dû à la réduction du coût de fourniture et de pose, au goût pour la couleur cumulé à une perte d’intérêt pour les motifs ou à la facilité d’application et donc de rénovation.

La fonction première de la peinture reste la décoration. Il existe désormais de multiples possibilités : un très grand choix de teintes et de nuances; des effets de matières comme le bois, le cuir, laqué, ciré ou encore sablé ; des finitions variées en mate, satinée ou brillante. Chaque style énuméré en argument marketing par les fabricants – traditionnel, contemporain, tendance ou rustique – dispose désormais au moins d’une solution peinture.

En plus de sa valeur esthétique, la peinture est aussi un outil de protection des surfaces de manière générale. « Cela implique, outre l’aspect décoratif, une bonne préparation des supports, pré- cise Michel Plana, directeur commercial et marketing d’Onip. Il faut dans un premier temps appliquer une impression ou une sous-couche conforme au type de support. Ensuite la couche de finition va finir de protéger les supports tout en décorant la surface avec les effets recherchés. » En effet, le secret d’un rendu qualitatif réside en partie dans le respect des règles de l’art (voir encadré) et de la qualité de base du produit.

Longtemps cantonnée à ses deux rôles – décoration et protection – la peinture évolue depuis près de 10 ans. Non seulement le matériau propose de nouvelles fonctionnalités (voir page 18) mais les fabricants ont également su inverser l’image de produit peu respectueux de l’environnement.

Partagez cet article