Le son, invisible et pourtant si présent

equalizer-153212_1280.png

Écoles, bureaux, restaurants… L’acoustique est un des critères majeurs de tout bâtiment recevant du public. Zoom sur ce qu’est le son, les conséquences du bruit et les solutions pour assurer une ambiance sonore optimale.

 

Les chiffres du bruit*
57 % des Français s’estiment aujourd’hui plus sensibles à la qualité de l’environnement sonore qu’auparavant.
57 milliards d’euros : coût social du bruit, d’après une étude copilotée par l’Ademe et le CNB réalisée en juin 2016. En détail : 19,2 milliards d’euros en milieu professionnel et 6,3 milliards d’euros dans l’enseignement. Un montant auquel il faut encore ajouter les conséquences sanitaires du bruit dans le milieu de la santé, non pris en compte par l’étude.
42 et 35 % : pourcentages des personnes se disant gênées par l’absence d’isolation acoustique (42) et par le bruit (35), nuisant à la qualité de vie d’un immeuble, selon l’observatoire Plurience.
* Source Conseil nationale du bruit

Le confort acoustique
La réverbération acoustique a pour origine la superposition de réflexion du son sur les parois et le mobilier dans une pièce, influençant la compréhension de la parole. Plus le son persiste longtemps après l’arrêt de la source sonore, plus le bruit se réfléchit et s’accumule dans la pièce, conduisant à une élévation du niveau sonore. Pour diminuer le bruit, on doit donc maîtriser la réverbération des sons en absorbant une partie des réflexions.
Néanmoins, absorber le son dans une pièce ne suffira pas à assurer une bonne ambiance sonore si l’isolation acoustique a été laissée pour compte. Il s’agira là d’isoler la pièce des bruits du voisinage (autres pièces ou extérieurs au bâtiment). Le confort acoustique conjugue ainsi absorption et isolation acoustique, deux notions complémentaires.

À noter
Le son est invisible alors qu’il est partout présent dans l’espace. C’est une vibration mécanique propagée par la matière aérienne, fluide ou solide. Son et matière sont indissociables, l’énergie acoustique étant absorbée, réfléchie ou diffusée par la matière. La propagation du son peut être modulée en fonction de la consistance, de la texture ou de la densité de la matière.

Matériau et réflexion du son
Les matériaux absorbants acoustiques visent à « piéger » l’énergie sonore et à limiter la part d’énergie réfléchie, diffusée, diffractée. Plus ils sont poreux à l’air, et donc présentant beaucoup de surfaces de contact, plus ils sont efficaces. Le coefficient d’absorption acoustique alpha w (αw) permet de définir l’efficacité d’absorption du son des matériaux. Il est compris entre 0 et 1. Le matériau sera d’autant plus absorbant que son coefficient αw est proche de 1. Les matériaux absorbants sont classés en cinq catégories de A à E. La classe A correspond aux matériaux les plus absorbants avec un αw de 0,9 à 1.

Les revêtements, principaux leviers pour traiter l’acoustique
Une acoustique déficiente doit être traitée à l’aide de matériaux absorbants, masquants et bloquants. Avant de penser à utiliser du mobilier spécifique, le travail commence dès les revêtements de sol, de mur et de plafond à travers des plafonds et panneaux muraux perforés en dalles ou en lame, des sous-couches acoustique sous dalle de moquette, le PVC ou le linoléum…

 

Partagez cet article