Attirer les habitants au cœur de l’hôtel

6_AGENCE-NUEL_LE-5-CODET_TRILLARD27.jpg

© Gilles Trillard - Studio Jean-Philippe Nuel

Obligée de se réinventer, l’hôtellerie propose désormais un condensé de nos activités quotidiennes aux habitants de la ville. Et devient tour à tour restaurant, bar, salle de sport ou salon de travail. Mille et un aménagements pour attirer les habitants au cœur de l’hôtel.

Pour une majorité de Français, l’hôtel reste un lieu où l’on se rend avant tout pour dormir. Pourtant, l’hôtellerie a évolué ces dernières années. Elle s’ouvre vers la ville, à l’image des lobbies où se côtoient voyageurs et clients extérieurs. Cherchant toujours à aller plus loin, certains établissements n’hésitent pas à créer de nouveaux concepts plus originaux. Dans une ville assez sportive, l’architecte d’intérieur et designer Laurent Maugoust a choisi de placer derrière la banque d’accueil une salle de sport, comme une vitrine où l’on voit se dérouler cours de danse ou de yoga. « L’idée était que l’hôtel vive et soit identifiable rapidement », précise l’architecte.

UN OUTIL COMPLÉMENTAIRE

Au-delà des espaces communs, l’objectif est dorénavant de faire enter les nouveaux usagers au cœur même de l’hôtel. Il s’agit de faire vivre des espaces jusque-là très peu utilisés en fonction des moments de la journée. Venir dîner, boire un verre, assister à un séminaire ou profiter d’une séance de spa mais parfois aussi visiter une exposition. « Désormais, c’est un lieu qui concentre sur une surface restreinte de nombreuses activités quotidiennes, explique Jean-Philippe Nuel, architecte. Il faut accentuer cela, faire résonner ces activités au niveau de la ville et surtout du quartier. Il faut apporter une notion de proximité, comme un outil complémentaire. Donner envie de venir boire un verre après une réunion de travail parce que l’hôtel est juste à côté des bureaux. Se motiver pour une séance de sport proposée par l’hôtel car c’est juste en bas de chez soi. »

« Désormais, l’hôtel concentre sur une surface restreinte de nombreuses activités quotidiennes »

Des évolutions qui vont être accentuées par la crise sanitaire du Covid-19. Avec la généralisation du télétravail, les entreprises cherchent où organiser des rendez-vous puisque tout ne peut pas se faire à distance. Les hôtels et les restaurants sont des solutions adéquates. « C’était déjà un peu le cas, cela va s’intensifier, note Laurent Maugoust. Évidemment cela a un coût, mais les entreprises vont faire des économies dans un sens qu’elles pourront consacrer à ces nouvelles dépenses. Et il ne s’agira pas d’utiliser les grandes salles de séminaires de l’hôtel mais plutôt les services proposés par l’établissement. » Il est en effet établit que les réunions en bonne et due forme peuvent être réalisées en visioconférence. Le peu de contacts professionnels que l’on aura devra être chaleureux et conviviaux, organisé dans des espaces plus intimistes, mieux décorés et plus informels que la grande salle de séminaire plutôt froide avec un écran au mur et une multitude de chaises. La clientèle d’affaires va investir les bars, les restaurants mais peut-être aussi les suites qui seront pour l’occasion transformées en salle de travail intimiste (voir page 20), avec pourquoi pas un cuisinier dédié ou une offre spa. La polyvalence va être la clé.

L’ÉPOQUE EST À L’AUTHENTIQUE

Quelles influences sur l’architecture intérieure ? Il faut parvenir au difficile équilibre de rendre visibles ces nouvelles activités tout en restant subtils et discrets. La polyvalence est bien faite quand elle ne se voit pas. L’important, pour le client, reste l’ambiance, les matériaux, les performances techniques comme l’acoustique et l’éclairage. C’est cela qu’il remarquera.

Au-delà de cette multiplicité des usages, les choix esthétiques ont eux aussi évolué. Pendant près de 10 ans, la tendance était aux hôtels au concept fort, marquant, avec le fameux « effet wahou ». Un style qui a fini par lasser. « Les clients viennent une ou deux fois dans ce genre d’établissement puis passent à autre chose car le “story telling” à tout prix n’est pas très intéressant, estime Laurent Maugoust. Créer un fil rouge sur Victor Hugo car il s’agit d’un hôtel particulier où il a vécu, cela a du sens. Mais inventer de toutes pièces une histoire sans aucun fondement, c’est juste du marketing et ça ne fonctionne pas. »

Exit aussi les projets trop compliqués, trop « flash » ou trop originaux, dont on se lassera vite. L’époque est à l’authentique, au confort et au cosy. Du traditionnel mêlé aux équipements de pointe. « Revenir à l’essentiel dans une époque où tout est “trop”. Trop tendance, trop nouveau et finalement trop commun. Il faut revenir à des aménagements plus intemporels, plus sobres mais peut-être plus soignés et plus élégants. »

A lire aussi…
http://solsmursplafonds.fr/amenagement/hotellerie-souvrir-lexterieur-rester-performant/
http://solsmursplafonds.fr/amenagement/chambre-nouveau-lieu-de-vie/

Partagez cet article