Aménagement des bureaux : objectif séduction

Photo-Intro.jpg

© HDT Photography - CD&B

Habituées à travailler à toute heure et en tout lieu, au bureau, en télétravail ou en espace de coworking, les nouvelles générations font aujourd’hui bouger les lignes de l’environnement de travail. Les frontières entre vie personnelle et vie professionnelle s’estompent. Les espaces se partagent, les open spaces se multiplient, les bureaux individuels perdent du terrain, les salariés sont de plus en plus mobiles. Symbole de ce nouveau nomadisme, le flex office est l’expression la plus radicale de cette nouvelle tendance, allant jusqu’à ne plus attribuer de bureau aux salariés.

EMPRUNTER LES CODES DE L’HÔTELLERIE OU DE L’HABITAT

Qui dit nouveaux modes de travail dit nouveaux besoins. Les collaborateurs doivent pouvoir se concentrer, se réunir, échanger, se détendre… Une nouvelle façon d’envisager le travail qui donne naissance à des espaces conçus pour répondre aux différentes activités des salariés et qui influence largement l’aménagement des locaux. Afin de palier la disparition des anciens modes de travail où les collaborateurs avaient leurs espaces propres, le fonctionnel doit être pensé par le prisme de la décoration. Par ailleurs, l’environnement de travail est devenu un véritable moyen d’attraction et de rétention des © HDT Photography – CD&B collaborateurs. Les entreprises misent sur un cadre de travail confortable, faisant de l’environnement de travail un élément à part entière de l’expérience du salarié au bureau.

Ainsi, les codes statutaires du bureau se brouillent pour emprunter ceux de l’hôtellerie, des loisirs ou de l’habitat. Si les espaces se diversifient, il faut néanmoins symboliser les fonctions. Les entreprises sont plus attentives aux couleurs et aux matières. Le mobilier ressemble à celui que l’on retrouve chez soi, le papier peint devient objet de décoration, les moquettes sont plus moelleuses et plus vives, les décors bois, briques ou pierre se déclinent sur les murs et les sols.

Au-delà de l’aménagement et de l’agencement, ce sont des pièces entières qui prennent plus d’ampleur. La machine à café devient une cuisine. Véritable espace de collaboration, elle est équipée comme à la maison, occupée tout au long de la journée pour des pauses détentes ou des points informels. Les zones d’accueil prennent l’aspect de lobby d’hôtel ou de bar et les espaces détentes disposent de canapés et de fauteuils voire, en fonction des centres d’intérêt des salariés, de consoles de jeux, de baby-foot ou de bibliothèques. Avec une idée maîtresse : que l’ambiance au bureau soit un élément de motivation

3 QUESTIONS À…
Quentin Audrain, fondateur de Yemanja

« Le “comme à la maison” n’est pas la cause, c’est la conséquence »

Pourquoi les codes de l’habitat sont-ils de plus en plus présents dans les bureaux ?
Le « comme à la maison » n’est pas une demande spécifique des entreprises. Aujourd’hui, la tendance de fond est de casser l’aspect parfois austère des immeubles de bureaux. Cela nous amène à proposer des aménagements inspirés de l’habitat ou du logement. C’est ce que connaissent les gens, c’est un univers dans lequel ils se sentent bien. Cela devient une sorte de repère. La vraie demande, c’est de la convivialité, du confort. Le « comme à la maison » n’est pas la cause, c’est la conséquence.

Par quoi cela passe-t-il concrètement ?
La question est : comment passer d’une journée de huit heures assis derrière son bureau à quelque chose de plus convivial et dynamique ? Globalement, les collaborateurs souhaitent être de plus en plus mobiles. Nous travaillons donc sur des espaces aux ambiances, aux assises et aux dynamismes différents, avec le confort comme point d’orgue. Nous utilisons plusieurs matériaux, des papiers peints, des effets de décors, de la couleur, des choses que l’on faisait peu avant. Nous nous plongeons dans des ambiances spécifiques en fonction de l’histoire des entreprises, de leur localisation ou encore de leur activité.

Peut-on décliner un modèle type ?
Surtout pas. Il faut se centrer essentiellement sur l’équipe. Un projet de bureau doit être humain avant d’être technique ou design. C’est un lieu qui n’a de sens que quand il est habité par les gens qui y travaillent. Il faut donc passer du temps pour comprendre qui sont les équipes, pourquoi est-ce qu’ils réaménagent leurs locaux, comment ils travaillent, qu’est ce qui fonctionne, ou pas, dans leur bureau. Après, c’est à nous de le traduire avec des espaces dans lesquels l’équipe se reconnaît. La quasi-totalité des projets intègre des cuisines équipées car cela parle à toutes les entreprises. Pour autant, d’autres espaces vont dépendre des équipes, en fonction de leurs secteurs d’activité, de la manière dont elles travaillent ou de leurs personnalités. Mettre un baby-foot ou une console de jeux pour faire branché et dynamique n’a aucun intérêt.

Partagez cet article