Plan de relance : la FFB en demi-teinte

32751-ffb.jpg

« La FFB se réjouit de trouver [dans le plan de relance] le bâtiment à sa juste place, avec 7 milliards d’euros d’aides supplémentaires pour la rénovation énergétique du parc existant. » Suite aux annonces du Gouvernement sur le plan de relance de 100 milliards d’euros sur 2021-2022, la FFB se féliicite notamment d’y retrouver plusieurs de ses demandes, sous réserve des barèmes à préciser dans la loi de finances pour 2021. Elle met ainsi en avant l’ouverture confirmée de MaPrimeRénov’ à l’ensemble des ménages, aux bailleurs privés et aux copropriétés ; le soutien massif aux bâtiments publics, notamment d’enseignement, hospitaliers et les EHPAD ; les aides à la rénovation énergétique des bâtiments des PME, TPE et indépendants, « bien que pour un montant assez faible (200 millions d’euros sur deux ans) ».

A contrario, la FFB déplore l’absence de mesures fortes en soutien au logement neuf, dont le décrochage ne cesse de s’accélérer. Elle estime que l’accompagnement à la réhabilitation des friches, pour important qu’il soit (650 millions d’euros sur deux ans), ne permettra pas la relance à court terme de l’accession sociale et de l’investissement locatif.

Concernant l’accent mis sur la rénovation énergétique, Olivier Salleron, président de la FFB, indique que « la profession est prête à y répondre et à mobiliser son appareil de formation. Reste à s’assurer du détail des mesures annoncées, ainsi que de leur rapide entrée en vigueur. Mais surtout, la FFB, très inquiète du décrochage du neuf, réitère sa demande d’un soutien fort et immédiat à la construction de logements, qui manque encore dans « France relance ». Cela passe notamment par un retour au PTZ à 40 % pour toutes les zones et par une prolongation du Pinel au-delà de 2021. Construire des logements pour tous permet aussi de préserver l’emploi dans un secteur qui a toujours accueilli et formé les bâtisseurs du quotidien. »

Partagez cet article