Découvrez le palmarès des Trophées Bâtiment Santé

Lauréats2019.jpg

Le palmarès de la 6e édition des Trophées Bâtiment Santé, organisés en amont du colloque Défis Bâtiment Santé qui se tiendra le 4 juillet prochain, a été dévoilé. Ce concours est l’occasion de mettre en valeur, à  travers quatre catégories – « démarches santé innovantes », « Mesures Qualité de l’air intérieur innovantes », « Technologies innovantes d’amélioration de la qualité de l’air intérieur » et « Produits innovants » – les acteurs du bâtiment, de la santé et de la qualité de l’air (start-up, entreprises…)

Cette année, 34 industriels, organismes ou collectivités ont d’être départagé par un jury composé de 18 professionnels (ingénieurs, acousticien, consultant lumière, médecin biologiste, bureau d’étude, membres de l’AQC, de l’Ademe, de Medico…). Les dossiers ont été évalué selon les critères suivants :

– caractère innovant et récent,
– bénéfices attendus pour la santé lors de l’exploitation du bâtiment, pour les occupants et lors de la mise en œuvre, pour les compagnons et les intervenants sur chantier,
– fiabilité des preuves communiquées (tests, analyses, études, retours d’expérience),
– exemplarité, faisabilité, réplicabilité, applicabilité raisonnable.

 

Catégorie DÉMARCHES SANTÉ INNOVANTES

Lauréat MAISON DE SANTÉ PLURIDISCIPLINAIRE DE CHÂTEAUNEUF/SARTHE,
par la Communauté de Communes des Vallées du Haut Anjou

La réhabilitation d’un bâtiment industriel en maison de santé pluridisciplinaire s’est appuyée sur :
– démarche sanitaire : attention particulière aux choix susceptibles d’influer sur la qualité de l’air intérieur (peintures minérales, cloisons fibres-gypse), souci de la qualité d’ambiance pour limiter le stress lié aux examens et aux soins et créer un environnement adapté au travail)…
– démarche environnementale : diminution du poids carbone par le recours à des matériaux biosourcés (isolation en fibres de bois) et intégration réussie dans le centre-ville ;
– démarche sociale et solidaire avec un chantier-école intégrant des jeunes en insertion.

Coup de cœur BIODIV’ALERT,
par Biodiv’Airsané
Solution globale basée sur une application numérique qui améliore les échanges d’informations entre les occupants d’un logement, les conseillers Médicaux en Environnement Intérieur (CMEI) et les médecins.

À retenu l’attention L’ÉCOLE MATERNELLE DES BOUTOURS 2,
à Rosny-sous-bois

 

Une halle de marché a été reconvertie pour agrandir l’école des Boutours et ouvrir des nouvelles classes de maternelle. L’objectif, réaliser un projet performant sur le plan énergétique (niveau passif avec des énergies renouvelables) ; responsable (emploi de matériaux locaux, biosourcés et recyclés, gestion des eaux de pluie) ; participatif avec l’organisation d’ateliers pour les enfants et l’intégration d’une entreprise d’insertion sociale.

 

 

 

Catégorie MESURES QAI & QEI INNOVANTES

Lauréat FEEL’AIR,
par Ethera

Feel’Air est un indicateur de formaldéhyde, un des principaux polluants de l’air intérieur. La solution se compose :
– D’une carte pourvue d’un matériau nanoporeux (technologie Sol-Gel Ethera) dont la spécificité au formaldéhyde a été prouvée, validée par une vérification de technologie environnementale (ETV) du Laboratoire national des esais. Le matériau se colore lorsqu’il est exposé au formaldéhyde.
– D’une application mobile qui permet de prendre en photo la carte, posée sur une feuille blanche, avant et après 24 h d’exposition. La zone de concentration en formaldéhyde s’affiche : zone 1 (0-30 μg/m3), zone 2 (30-100 μg/m3) ou zone 3 (>100 μg/m3), teneurs qui correspondent aux valeurs guides 2015 pour l’air intérieur du décret du 02/12/2011.

À retenu l’attention INDALO,
par Octopus
Il s’agit d’un logiciel de prévision de la qualité de l’air intérieur d’un bâtiment avant sa construction. Indalo exploite le moteur de calcul de chimie de l’air intérieur INCA-Indoor, développé lors du projet national Mermaid financé par l’Ademe. Le principe :il simule la qualité de l’air intérieur en tenant compte des matériaux mis en œuvre dans le bâtiment, du système de ventilation, de l’occupation des locaux, de la pollution extérieure, du mobilier mais aussi des interactions photochimiques et surfaces/polluants.
Pour fiabiliser les résultats des simulations QAI, Octopus mène une analyse comparative des résultats de modélisation avec le logiciel Mathis-QAI du CSTB ainsi qu’avec les concentrations réellement mesurées dans l’air.

 

Catégorie TECHNOLOGIES INNOVANTES D’AMÉLIORATION QAI

Lauréat SOLUTION DE PURIFICATION DE L’AIR INTÉRIEUR,
par i-Lab by Air Liquide
Cette solutiosn répond à deux objectifs : améliorer la performance et préserver la santé des occupants par une meilleure qualité d’air intérieur ; augmenter l’efficacité énergétique des bâtiments et réduire les coûts d’exploitation et de construction.
La démarche consiste à utiliser la technique de filtration par adsorption en l’adaptant à l’écosystème de l’immobilier tertiaire.

 

Catégorie PRODUITS INNOVANTS

Lauréat FENÊTRE ANTI-BRUIT,
par Technal
La fenêtre anti-bruit acoustique active concilie renouvellement d’air par ouverture de 10 cm et bon isolement acoustique vis-à-vis des bruits aériens extérieurs, grâce à deux technologies complémentaires. D’un côté, un absorbant acoustique (laine minérale) placé sur les montants extérieurs du cadre ouvrant et du montant dormant, pour les sons médiums et aigus. De l’autre, des microphones intégrés dans le montant du cadre fixe qui captent le bruit passant par la fente d’ouverture, pour les sons graves. Après traitement de l’information par un processeur numérique, un contre-bruit est produit par des hautparleurs disposés sur un bandeau vertical orienté vers l’extérieur. Une toile acoustique assure également la finition esthétique.

Coup de cœur du jury POLYASIM Y,
par Polyasim Group
Le confinement de l’amiante est réalisé via des bâches en polyéthylène fixées sur des tasseaux de bois et recouvertes de films scotch afin de rendre étanche le tout à la dépression d’air obligatoire avant tous travaux. Le Polyasim Y est un gel de confinement à base de latex naturel et en phase aqueuse. Il est pulvérisé à l’aide d’une machine airless sur les surfaces à protéger (par exemple, mur et plafond si le désamiantage concerne le sol) afin de créer une membrane uniforme et résistante. Lors du séchage, il forme une peau étanche, avec une élasticité de plus de 700 % et résistante.

À retenu l’attention DESSO AIRMASTER,
par Tarkett

© Tarkett

 

La moquette Desso AirMaster est composée de fibres polyamide avec un dos en polyoléfine conçu pour le désassemblage et le recyclage. Elle capte et retient les particules inférieures à 10 μm grâce aux fils fins alors que les plus épais fixent celles supérieures à 10 μm. La structure de la moquette empêche ensuite les poussières d’être remises en suspension dans l’air.

 

Les candidatures aux Trophées démontrent à chaque édition que le facteur santé s’impose désormais comme un élément obligatoire des nouveaux axes de recherche et de développement de l’industrie de la construction, mais aussi dans les nouvelles approches de l’art de bâtir et de l’accompagnement des occupants dans leurs espaces de vie.
Suzanne Déoux, présidente de Bâtiment Santé Plus

Partagez cet article