Législatives : les artisans votent pour un quotidien simplifié

Législative.jpg

© 2022 Raphael Demaret / Isover

La FFB a dévoilé 85 propositions à l’encontre des futurs députés autour de la transition énergétique dans le Bâtiment, l’accession à la propriété, la construction ou encore l’apprentissage et la formation.

L’élection présidentielle à peine passée, les professionnels du Bâtiment ne perdent pas la dynamique enclenchée ces derniers mois pour faire entendre leur voix en vue des élections législatives les 12 et 19 juin prochains. La FFB vient dans ce sens de publier 85 propositions issues d’une large consultation avec ses adhérents et dont le but réside dans la simplification du quotidien des entreprises et artisans.

Des aides à la rénovation énergétique pour tous

Les propositions s’articulent autour de onze thématiques, allant de l’accession à la propriété et au logement aux marchés et à la sous-traitance, en passant par la construction, l’apprentissage et la formation et, bien évidemment, la transition énergétique. On retrouve d’ailleurs dans cette sous-partie la volonté de la FFB de voir s’étendre MaPrimeRénov’ aux résidences secondaires ainsi qu’aux logements détenus par une SCI. L’organisation professionnelle attend aussi des députés qu’ils défendent l’accompagnement de la rénovation énergétique par geste pour l’ensemble des contribuables ainsi que la simplification et la sécurisation des dispositifs CEE et qu’ils encouragent davantage la rénovation globale. Mais la FFB insiste  » la rénovation ne suffira pas à répondre à la crise du logement : le neuf doit être encouragé de la même façon. « 

Des finances allégées

L’organisation professionnelle attend donc une compensation des surcoûts liés à la RE2020. Concernant les finances, la fédération propose également de modifier les règles sur les variations de prix, d’augmenter le montant de l’avance dans les marchés publics et d’alléger la charge fiscale pour les TPE.

Des emplois pérennes

Les propositions pour améliorer l’emploi et la formation ne sont pas en reste. La FFB imagine notamment la possibilité de réaliser par apprentissage les certificats de qualification professionnelle de branche établis par les partenaires sociaux. L’organisation professionnelle souhaite également que les députés fasse leur la lutte contre le dumping social et le travail illégal. Les professionnels espèrent aussi limiter la durée de l’activité en microentreprise et décourager la permittence des intérimaires.

Pour Olivier Salleron, président de la FFB, «  toutes les mesures fléchées vers le bâtiment depuis cinq ans ont connu une traduction positive en termes d’emploi, de relance de la croissance, d’innovation et de hausse du pouvoir d’achat pour des centaines de milliers de Français. Ces nouvelles propositions ont toutes un seul et même objectif : rappeler que la France est d’abord et avant tout une terre de bâtisseurs. «  La FFB se dit d’ailleurs ouverte au dialogue et à l’échange avec les prétendants aux sièges à l’Assemblée nationale.

Partagez cet article