Le gouvernement présente ses mesures de soutien au BTP

construction-1510561_1920.jpg

À l’occasion de la présentation en Conseil des ministres du troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020, ce 10 juin 2020, les ministères du Logement, des Finances et de l’Écologie ont présenté les moyens qu’ils souhaitent mettre en œuvre pour accompagner la reprise d’activité du secteur du BTP. Parmi les sujets évoqués notamment : les soutiens aux entreprises les plus fragiles et aux carnets de commande et l’épineuse question des surcoûts. 

Par Adeline Dionisi
Étanchéité Info

Au lendemain du cri d’alarme lancé conjointement par la FFB et la FNTP sur les risques d' »effondrement » encouru par le bâtiment et le BTP, le gouvernement a dévoilé quelles mesures seraient mises en place pour lui venir en aide et qui devraient être intégrées dans le 3e projet de loi de finances rectificative pour 2020 (PLFR3). « Après les mesures d’urgence prises au début de la pandémie (mesures d’hygiène, fonds de solidarité, activité partielle…), nous sommes aujourd’hui au cœur de la deuxième étape de la gestion de cette crise : celle de la reprise et de son accompagnement« , a souligné le Gouvernement. Rappelant l’importance du secteur pour l’économie du pays, les ministres concernés ont détaillé les trois volets prioritaires. « Elles sont issues des discussions avec les fédérations professionnelles » :

CONCERNANT LA PRISE EN COMPTE DES SURCOÛTS :

– Le Premier ministre a adressé le 9 juin 2020 aux maîtres d’ouvrage de l’État, pour leurs marchés de travaux, une instruction pour leur demander de négocier rapidement avec les entreprises du BTP une prise en charge d’une partie des surcoûts directs liés à l’arrêt des chantiers et aux mesures sanitaires.
– Le Gouvernement a demandé aux préfets dans une circulaire du 20 mai 2020 de promouvoir des chartes définissant une approche solidaire des surcoûts entre les entreprises du BTP, les maîtres d’ouvrage, dont les collectivités et bailleurs, et les maîtres d’œuvre. Pour aider les collectivités territoriales à financer une partie de ces surcoûts, les préfets peuvent utiliser leur pouvoir de dérogation pour mobiliser des dotations de l’Etat (dotation de soutien à l’investissement local DSIL et dotation d’équipement des territoires ruraux DETR).
– Dans le cadre du PLFR3, les entreprises de moins de 50 salariés qui ont subi des pertes de chiffre d’affaires importantes pourront bénéficier de remises de charges sociales jusqu’à 50% sur leurs échéances des mois de mars à mai, sur simple demande à leur URSSAF. Toutes les entreprises pourront demander un plan d’apurement de leurs charges sociales reportées depuis mars sur une durée pouvant aller jusqu’à 36 mois.
Un comité de suivi est créé pour objectiver les surcoûts liés aux pertes de rendement sur les chantiers compte tenu de l’application des règles de sécurité sanitaire. Piloté par le commissariat général au développement durable (CGDD), en lien avec les fédérations professionnelles, ce comité permettra de donner des références pour la négociation entre maîtres d’ouvrage et entreprises du BTP.
– Le Gouvernement encourage les maîtres d’ouvrage publics à faire usage des dispositions de l’ordonnance n°2020-319 du 25 mars 2020, qui permettent d’augmenter les avances aux entreprises titulaires de marchés publics au-delà de 60% sans obligation de garantie à première demande. Cette mesure est applicable pour tous les contrats conclus jusqu’à la fin de la période d’urgence sanitaire, augmentée de deux mois. Pour les marchés publics, comme privés, le gouvernement a par ailleurs reporté de plusieurs mois, par ordonnance, les pénalités applicables en cas de retard.

CONCERNANT LE SOUTIEN À LA REPRISE :

1 milliard d’euros va être ajouté par l’État en PLFR3 à la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) portant son enveloppe de 0,6 à 1,6 milliard d’euros. Elle vise à soutenir les investissements structurants des collectivités portant sur la santé, la transition écologique, notamment la rénovation thermique de bâtiments publics, et la rénovation du patrimoine. L’Etat versera aux collectivités locales en 2020 près de 10 milliards d’euros de dotations d’investissement.
le dispositif de garantie de l’État à l’assurance-crédit sera renforcé pour permettre aux entreprises de conserver leurs couvertures. La mesure sera mise en place immédiatement par décret pour les PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI)
– dans le cadre du PLFR3, les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés pourront demander dès 2020 le remboursement immédiat de leur stock de créances de report en arrière de leurs déficits ainsi que des créances qui viendraient à être constatées en 2020 du fait des pertes liées à cette crise sanitaire
– pour maintenir les compétences au sein des entreprises et leur renouvellement, le Gouvernement a annoncé la création d’une aide au recrutement des apprentis, de 5 000 euros à 8 000 euros par contrat préparant à un diplôme jusqu’à la licence professionnelle. Cette aide sera versée aux entreprises de moins de 250 salariés sans condition et aux entreprises de plus 250 salariés à la condition qu’elles s’engagent à atteindre l’objectif, déjà fixé par la loi, de 5% d’alternants en 2021. Cela devrait représenter plus de 130 millions d’euros pour le secteur
– les travaux des copropriétés constituent une part importante de la commande privée adressée aux entreprises du bâtiment et sont décidés en assemblées générales. L’ordonnance n°2020-595 du 20 mai 2020 permet de tenir ces assemblées générales sous forme de visioconférence ou par correspondance jusqu’au 31 janvier 2021, ce qui permet d’accélérer les décisions de travaux.

PLAN DE RELANCE DE L’ÉCONOMIE

Au-delà de ces mesures d’urgence pour soutenir la reprise d’activité, le Gouvernement prépare un plan de relance de l’économie qui sera présenté à la rentrée. Pour cela, des concertations vont être conduites avec les fédérations professionnelles, les partenaires sociaux, les collectivités territoriales, les parlementaires. Le secteur du BTP sera directement concerné au titre de l’investissement notamment pour la rénovation thermique et au titre des simplifications de procédure pour accélérer les projets et le lancement des chantiers sans diminuer les exigences environnementales. Dans le plan de relance, des mesures sont envisagées qui soutiendront l’activité des entreprises du BTP, notamment pour participer à la transition écologique.

 

Partagez cet article