Bâtiment : la FFB appelle à la solidarité

construction-19696_1920.jpg

Les crises se suivent et les conséquences se ressemblent. Et si le rebond qui avait suivi les premiers confinements étaient fragile et avait du mal à transformer l’essai, le déclenchement de la guerre en Ukraine a une fois encore rebattu les cartes et sans doute cassé la dynamique. Lors de sa conférence de presse sur l’actualité dans le bâtiment de presse syr Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment rappelle « qu’aux premières annonces de pénuries chez nos fournisseurs, pas véritablement confirmées depuis, ont rapidement succédé des hausses de prix vertigineuses et parfois répétées. En un mois, nous collectons régulièrement des progressions annoncées à deux chiffres ». Cela concernant la quasi-totalité des matériaux, soit parce que leur production nécessite beaucoup d’énergie, soit parce qu’ils dépendent eux-mêmes de matières premières ou de demi-produits pénalisés par la guerre.

Solidarité de la filière

L’occasion pour la Fédération de rappeler qu’elle appelle à la solidarité de la filière depuis plus d’un an pour que les surcoûts soient partagés. « Le mouvement s’est révélé beaucoup trop timide l’année dernière et se solde sur une hausse de coûts bâtiment de 5,4 % sur un an à fin décembre 2021 tous marchés et toutes tailles d’entreprises confondues », note Olivier Salleron, qui précise que c’est deux fois plus que l’inflation générale. Un partage indispensable sous peine de ne pouvoir honorer les contrats signés ou d’aller chercher de nouveaux marchés. Ainsi, les artisans et entreprises du bâtiment ont besoin de fournisseurs apportant un peu de visibilité et de clients qui réintègrent des clauses de variations de prix sur tous les marchés.

Par ailleurs, la Fédération demande au gouvernement un soutien renforcé au secteur. Car si le BTP a été intégré au « Plan résilience », il reste encore beauccoup à faire pour soutenir le bâtiment. Dans l’immédiat, la FFB met en avant « deux mesures fortes, mais transitoires » : le gel des pénalités de retard jusqu’en bout de chaine sur tous les marchés et la prise en charge intégrale de l’activité partielle. « Il s’agit de mesures indispensables pour permettre le retour à un peu de sérénité. […] » En complément, nous réitérons notre demande relative au versement immédiat des créances de carry back ou de toute autre aide à la trésorerie qui ne passe pas par du crédit, déjà largement mobilisé avec le PGE. »

Un ministère pour la filière

Dans cette conjoncture teintée de campagne présidentielle, la FFB mobilise les acteurs de la filière construction et immobilier pour obtenir la création d’un ministère dédié à la construction durable et l’aménagement du territoire dès le prochain quinquennat. L’idée ? Regrouper les actuels ministères du Logement, de la Ville et de la Cohésion des territoires. L’objectif ? Dégager une vision d’ensemble et définir une stratégie dans le domaine de la construction, de l’habitat, des mobilités, des infrastructures et de l’aménagement des territoires pour répondre à trois enjeux phare : faire du logement un outil en faveur du pouvoir d’achat des ménages ; permettre à la construction d’être un acteur de lutte contre le réchauffement climatique ; créer avec l’ensemble de la filière plusieurs dizaines de milliers d’emplois non délocalisables sur tous les territoires.

Partagez cet article