Artisanat du bâtiment : l’activité va mieux !

Capture.png

Bonne nouvelle sur le font de l’artisanat du bâtiment : l’activité a retrouvé le niveau d’activité de 2019, avec une croissance pour le premier semestre 2021 de +0,5 % par rapport à celui de 2019. C’est ce qu’a indiqué la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) lors de sa présentation des chiffres du 2e trimestre 2021 pour les entreprises artisanales du bâtiment.

L’activité globale enregistre même une hausse de +37 % par rapport au même trimestre 2020. Une performance à nuancer toutefois, cette forte progression s’expliquant par l’écart entre la forte baisse d’activité de 2020 et le rattrapage au second trimestre 2021. Ainsi, si le neuf progresse de + 30 %, c’est au regard de l’arrêt presque total de l’activité l’année passée à la même époque. 

L’entretien-rénovation présente quant à lui une belle croissance, avec +42 % en comparaison avec le 2e trimestre 2020. Il profite notamment du dynamisme des travaux de performance énergétique des logements qui progressent de +43 % contre -27 % au pour la même période l’an passé.

 « Les entreprises artisanales ont recruté ce premier semestre, pour autant, il existe encore un réel manque de main d’œuvre qualifiée disponible. »

L’emploi en hausse

Lien de cause à effet, le dynamisme économique de l’artisanat du bâtiment a renforcé le besoin de main d’œuvre qualifiée. La Capeb précise que 18 % des entreprises ont cherché à embaucher au 1er semestre 2021, que 14 % y sont parvenues et que14 % pensent embaucher des salariés supplémentaires, contre 4 % un an auparavant. Si la croissance se poursuit au second semestre, la prévision d’embauche des entreprises de moins de 20 salariés s’estimerait ainsi autour de 25 000 pour l’année 2021. Néanmoins, Jean-Christophe Repon, président de la Capb, met en garde : « Les entreprises artisanales ont recruté ce premier semestre, pour autant, il existe encore un réel manque de main d’œuvre qualifiée disponible. Même si cette situation ne s’apparente pas à ce jour à une pénurie, le manque de main d’œuvre qualifiée est une réelle préoccupation de nos entreprises ».

Matériaux : la menace de la pénurie

Zone d’ombre dans ce ciel d’éclaircie : depuis le début d’année, les entreprises du bâtiment font face à une forte hausse du prix des matières premières et des métaux tels que l’acier, le zinc, le bois, etc,  ainsi qu’à des difficultés d’approvisionnement. Une situation qui influe fortement sur la rentabilité, le respect des plannings et la tenue des chantiers. « Les entreprises, dans leur grande majorité, n’ont pas pu répercuter l’impact de la hausse des matériaux, cette situation présente une réelle menace : risque d’une baisse du chiffre d’affaires, d’un écrasement des marges, d’une réduction de leur capacité d’investissement et d’une diminution de leur rentabilité », explique Jean-Christophe Repon.

Des propositions pour l’emploi
Pour répondre au problème du besoin d’emploi non satisfait dans le bâtiment, la Capeb a élaboré plusieurs solutions qui seront présentées au gouvernement :
– Mise en place d’une mobilité intersectorielle de l’emploi permettant aux salariés d’autres secteurs de rejoindre la filière bâtiment.
– Renforcer l’accompagnement des salariés du secteur afin qu’ils poursuivent leur montée en compétences.
– Développer l’attractivité des métiers du bâtiment et des CFA.
– Mettre en place les conditions pour revaloriser les salaires des entreprises en lien avec la mise en place dans les entreprises d’une GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et compétences)

 

 

Partagez cet article